Bird Eater – Dead Mothers Make The Sun Set

Pas de commentaires      1 093
Style: gaza fait du sludgeAnnee de sortie: 2014Label: Black Market Activities

Pour nombre d’amateurs de chaos sonore (dont je fais partie), le split de Gaza l’année dernière a été une très mauvaise surprise, mais bon les déboires judiciaires du chanteur Jon Parkin (accusé de viol – d’ailleurs plus de nouvelle à ce sujet, l’affaire serait close ?) pesaient tellement sur le groupe que c’était sûrement la « meilleure » solution que ce split (et pourtant il figure bien dans le line-up de Bird Eater, va comprendre…) En tous cas, en attendant un premier album de Cult Leader (Gaza avec le bassiste Anthony Lucero au micro) qui ne saurait tarder, voilà que revient Bird Eater !

Bird Eater est donc le side-project de Lucero et Parkin (aidés d’ex-Gaza, Pilot This Plane Down et Day Of Less), on se rappelle encore leur Utah, EP sorti en 2007, sonnant comme du Gaza ayant été mis à tremper dans une station d’épuration. En l’espace de sept ans la recette n’a pas trop évolué, l’ombre de Gaza est forcément toujours présente (de quoi ravir les déçus du split), cependant le traitement est un chouia différent.

L’aspect sludge a en effet pris les devants, évoquant Old Man Gloom, Bone Dance, Coalesce ou les désespérément disparus Jument (quel gâchis), Bird Eater possède des atmosphères planantes aux guitares pas loin de la country (les intro et outro, Gather), un côté paisible dérangé par les dissonances chaotico-schizophréniques (The Birds Will Take Your Eyes First, Judgment) histoire de nous rappeler à qui on a affaire ! Et comme si le temps n’avait eu aucun impact sur le groupe, Dead Mothers Make The Sun Set sonne dans la parfaite continuité de Utah, avec quelques growls death en option (Leather Worker) et du ralentissement inattendu comme pour la conclusion de Never Buried.

Si lors de la sortie de l’EP, on pouvait reprocher leur trop forte proximité avec Gaza, maintenant que ces derniers n’existent plus, on ne peut donc que se réjouir de réentendre le timbre de voix de Parkin (reconnaissable entre mille) allié aux riffs mastocs -mais quand même souvent méchamment barrés- de ses compagnons mangeurs d’oiseaux. Un album qui permet d’un peu relativiser par rapport au split de Gaza mais qui nous fait un peu plus languir du premier album de Cult Leader !

  1. Head Smashed In Buffalo Jump
  2. You Don’t Belong Here
  3. Never Buried
  4. Carrion Totem
  5. The Birds Will Take Your Eyes First
  6. Cihuateteo
  7. The Black Horse
  8. Gather
  9. Leather Worker
  10. Judgment
  11. Dead Mothers Make The Sun Set

Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *