Jig-Ai – Rising Sun Carnage

Pas de commentaires      1 138
Style: goregrindAnnee de sortie: 2014Label: Bizarre Leprous Production

Patrie de l’Obscene Extreme, de groupes tels que Gutalax ou Mincing Fury, la Tchéquie qui bourrine grassement vient nous faire coucou avec Jig-Ai et son troisième album. Avec ces derniers, c’est toujours pareil, un peu comme une invitation à un banquet où l’on ne prendrait même pas la peine de sortir de table pour rendre ce qu’on vient d’ingurgiter. Une marque de fabrique goregrind couplée à une influence manga/porno (gore là aussi) qui a fait ses preuves, notamment sur Katana Orgy, implacable dernier album en date du trio tchèque, mais remontant quand même à 2008 !

Rising Sun Carnage poursuit donc sans surprise dans le même délire. Les trois loustics (dont deux jouent/ont joué dans d’illustres groupes du genre tels que Negligent Collateral Collapse, Eardelete, Ahumado Granujo ou encore les gouleyants Destructive Explosion of Anal Garland) se complaisent dans les riffs massivement lourdingues au groove irrésistible, rien de technique mais du gras qui va vite joué tout en simplicité histoire d’être tranquillement assimilable. Vocalement, l’ami Brain change un tout petit peu ses habitudes pitchées. Ainsi, plutôt que de faire tenir sa monstrueuse gerboulade sur la longueur de l’album (même si on en est pas loin), le bonhomme se permet couper son effet micro de temps en temps histoire d’aboyer dans le crachoir avec sa « voix naturelle », ce qui donne à certains morceaux une configuration davantage grindcore (pendant Rest In Piss notamment) et qui change un peu de la dynamique « borborygmique » traditionnelle du genre (enfin on aurait quand même apprécié un peu plus de variations de cet acabit).

Une fois encore les mangas (version gore) sont l’un des thèmes de prédilection de Jig-Ai, on peut s’en rendre compte via des titres de morceaux (Sumo Sex Instructor, Yan Zing Butchery, Tantou Kimono, Koza Kura ou encore Ikebana Body Parts comprenant d’ailleurs un sample de voix japonaise), ce qui vaut d’ailleurs quelques amusantes incompréhensions de la part de fans de mangas traditionnels sur lastfm pensant trouver un groupe de j-pop. Il faut dire que le groupe envoie du basiquement brutal (musicalement comme thématiquement), la plupart du temps du tempo bien rapide avec du bon blast des familles mais qui se permet de temps en temps de ralentir le propos (l’intro « atmosphérique » de Rising Sun Carnage), et ce toujours avec ces riffs gluants typiques tout droit sortis de la bétonnière.

Ces petites exceptions mises à part, Rising Sun Carnage est un album de goregrind somme toute classique et destructeur dans la lignée de son prédécesseur: 22 titres ultra violents, plutôt courts, à la production énorme et assez accrocheuse afin d’éviter toute lassitude. Les amateurs de Rompeprop, Dead Infection et autres Regurgitate peuvent foncer les yeux fermés sur cette dégueulasse réjouissance offerte par ces tchèques !

  1. Koi Throat Fuck
  2. Ikebana Body Parts
  3. Sumo Sex Instructor
  4. Menstrual Tea Relax
  5. Ten Seconds In A Cunthole
  6. Rest In Piss
  7. Drowned In Budvar
  8. Human Tofu
  9. Rising Sun Carnage
  10. Shitcuntsen
  11. N.G.S.I.T.S.B.
  12. Yan Zing Butchery
  13. Ass I Jakta
  14. Detestation
  15. Koza Kura
  16. Hard Cock Cafe
  17. Tantou Kimono
  18. Natural Tits Mafia
  19. March of Jig-ai
  20. Rice Bombing
  21. Animal Revenge
  22. Ejaculation Complete

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *