Omotai – Fresh Hell

Pas de commentaires      1 061
Style: stoner/sludge/noiseAnnee de sortie: 2014Label: autoproductionProducteur: Chris Ryan

Il y a deux ans Terrestrial Grief, premier album d’Omotai, nous avait montré les prémices d’un groupe à fort potentiel toutefois encore un peu vert pour complètement convaincre. C’est chose faite avec ce Fresh Hell à la fraicheur infernale où brûlent gaiement sludge, stoner et noise.

Le trio (quartet depuis peu) texan signe là en effet un second album assez ouvert, toujours placé sous le signe de l’efficacité. Si le titre d’ouverture Get Your Dead Straight démarre tel un titre de stoner/sludge à la progression menée par une basse vrombissante (tenue par l’ex Sharks And Sailors Melissa Lonchambon), il est marqué par un final un peu plus mélodique histoire de bien réveiller avant l’un des hits en puissance de ce Fresh Hell. Back Office est en effet une sacrée claque: tempo revu à la hausse, cris partagés (par chacun des membres du groupe sans exception) et évolution parfaite avec une seconde partie à vitesse plus modérée introduisant une ligne mélodique s’intégrant directement à ton hippocampe (non pas le cheval de mer mais celui de ton cerveau).

Giant Pygmy glisse de nouveau un peu de vitesse en intro avant repartir dans du groove hypnotique, le chant clair plaintif du refrain est un peu surprenant de prime abord (paraissant à la limite de la fausseté), il est finalement ici bien à sa place, au milieu de ces riffs à la Mastodon version hardcore/punk. Leglifter poursuit dans le même genre de groove avec des descentes de manche un peu plus nombreuses et toutes bien hypnotiques.

Throats Of Snakes, premier single choisi par le groupe met (principalement) en avant la voix de Melissa enrobée d’un delay pour le rendu psyché, derrière elle la rythmique installe une atmosphère à la fois enfumée mais assez nerveuse (merci à la guitare, dissonante comme il faut), la recette sera quasiment équivalente pendant Laser Addict qui, en dépit d’un traitement un peu planplan s’apprécie sans déplaisir. Enfin, We Don’t Have to Be Strangers conclut cet album dans un stoner groovy et ponctué de variations catchy (avec un excellent solo !). Bref, de quoi finir en beauté…

Fresh Hell marque au final une belle évolution de la part d’Omotai. Plus directs et mélodiques tout en étant constamment dans une enveloppe noisy et psyché à la fois, ces sept nouveaux titres, plus aventureux que ceux qu’ils avaient produit jusqu’alors, évoquent des noms comme Jesus Lizard, Mastodon et Kylesa. Les amateurs de ces derniers devraient y jeter une oreille (ou plutôt les deux) sans plus attendre !

  1. Get Your Dead Straight
  2. Back Office
  3. Giant Pygmy
  4. Leglifter
  5. Throats Of Snakes
  6. Laser Addict
  7. We Don’t Have to Be Strangers

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *