Herod – They Were None

Pas de commentaires      1 328
Style: postcore/sludge/metalAnnee de sortie: 2014Label: Mighty MusicProducteur: Julien Fehlmann

Il serait cliché de dire que les suisses aiment preeendre leur teeemps (à prononcer avec l’accent adéquat), mais il faut tout de même reconnaitre que ces derniers possèdent un sacré vivier de groupes postcore et autres affiliés progressifs, de Shora à Kehlvin en passant par When Icarus Falls pour n’en citer que quelques uns. C’est donc directement dans cette catégorie que se range Herod, jeune groupe ayant confié la production de leur premier album à l’excellent Julien Fehlmann, responsable du son des derniers The Ocean et Unfold entre autre. Ces derniers semblant d’ailleurs l’une des influences principales de They Were None. Ce premier album possède donc un son extrêmement puissant, ce qu’il faut pour pouvoir s’immerger dans l’univers d’Herod ?

Difficile à affirmer de prime abord: froid et métallique, cet album se déploie en onze compositions rugueuses au rendu peu éloigné d’un Admiral Angry ou Black Sheep Wall (Albert Fish), faisant parfois se juxtaposer le Cult Of Luna des débuts (en mode attaque frontale) avec le groove polyrythmique de Meshuggah (Inner Peace, Northern Lights). Un parti pris intéressant que ce mélange d’ambiances typiquement post-metal (arpèges, claviers atmosphériques discrets) avec un aspect plus metal grâce à un riffing béton maitrisé, un peu dans l’esprit de Gojira. Ajouté à cela une ambiance bien délétère, une tessiture globalement sombre qui, au travers de morceaux tous plus opaques les uns que les autres, se révèle assez délicate à digérer.

Pourtant derrière l’extrême densité de ce monolithe se dévoilent au fil des écoutes des arrangements plus subtils qu’ils n’y paraissent, ces ambiances pouvant sembler rébarbatives au premier abord laissent finalement passer de purs moments de tension jouissive (Watch’Em Die).

They Were None est au final un album à la puissance frappante, demandant un sacré investissement personnel pour pouvoir s’en imprégner. Une chape de plomb glaciale made in Switzerland fortement recommandée aux amateurs de postcore sortant des sentiers battus. Attention, c’est du très lourd !

  1. The Fall
  2. Glory North
  3. Inner Peace
  4. Northern Lights
  5. Sad Hill part.1
  6. We Are The Failure
  7. Albert Fish
  8. Betraying Satan
  9. Watch’Em Die
  10. No Forgiveness For Vultures
  11. Sad Hill part.2

Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *