Seeker – Unloved

Pas de commentaires      1 138
Style: metal hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2013Label: Victory Records

Une nouvelle sortie estampillée Victory, voilà qui promet une bonne tranche de rigolade ? Oui, c’est désormais le genre de pensée qui prime dès que l’écoute d’un album sortant chez eux se profile, et avec les casseroles que le label se traine (Ill Nino, The Bunny The Bear parmi d’autres), on peut s’attendre à n’importe quoi. Et là débarque Seeker, groupe texan dont le premier album va rapidement faire ravaler les aprioris des méfiants et médisants.

Seeker, c’est une tornade de lourdeur mine de rien technique. Et ça ne prend pas de pincettes pour en mettre plein la gueule dès l’introductif Alone. L’agression est constante tout au long de ce Unloved, le charismatique vocaliste Bryce Lucien déverse son flow hargneux et rapide tandis que ses compagnons d’arme l’accompagnent parfaitement dans son processus de destruction massive. Opérant dans une sorte de deathcore technico-chaotique, le groupe fait étalage d’une envie de non-conformisme au style.

En effet, plutôt que de faire comme 90% de ses collègues de style entre resucées de moshparts interchangeables et de breakdowns téléphonés (même s’il y en restera fatalement quelques uns ici), Seeker se complique la vie en abusant des variations rythmiques et soniques, entre riffs math, sweeps et accélérations assassines. On peut y voir une sorte de mélange entre Ion Dissonance et The Red Chord pour le côté brOOtalo-taré, The Tony Danza Tapdance Extravaganza et Sectioned pour le côté brOOtalo-taré ET écrasant, et The Acacia Strain pour le côté nihilisto-lourdingue, Seeker impressionne donc beaucoup mais se voit en même temps un peu handicapé par ce dernier aspect. Une densité telle que cette force se transforme en faiblesse…

Unloved est en effet si lourd et compact qu’il en devient fatalement redondant. Les vocaux de l’ami Lulu sont quasi invariables, et la brutalité technique de l’album, toute puissante qu’elle est, finit par devenir éreintante au fil des écoutes. Manque certainement un peu de feeling et de variations (qui a dit mélodie ?) à l’ensemble pour pleinement convaincre et marquer les esprits. Unloved est donc une collection de morceaux imposants finissant par un peu sonner un peu creux. En attendant de voir si évolution il y aura pour leur prochaine sortie, reste à prendre cet album pour ce qu’il est: un bon gros défouloir !

  1. Alone
  2. Pale Death
  3. Unloved
  4. Regret
  5. Dominance
  6. She
  7. When Hope Fails
  8. Salvation
  9. There Is Nothing
  10. Escape

Facebook

beunz
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *