Goodtime Boys – Rain

Pas de commentaires      1 053
Style: hardcore mélodique/screamoAnnee de sortie: 2014Label: Bridge NineProducteur: Lewis John

Découvert par l’intermédiaire du trop méconnu label anglais Holy Roar Records (ayant mis sur orbite des groupes comme Brutality Will Prevail, Rolo Tomassi, Throats et ayant aussi participé à la percée de Trash Talk et autres Phoenix Bodies outre-Manche), Goodtime Boys a multiplié les sorties durant ses quatre ans d’existence, des EPs, des splits (dont un avec les excellents Self-Defence Family – nommés auparavant End of a Year), pour enfin livrer aujourd’hui un premier long-format, sortant conjointement chez l’un des labels référence en matière de hardcore: Bridge Nine Records.

Une certaine consécration qui vient du fait que Goodtime Boys joue une musique de qualité, mais ne correspondant pas forcément aux critères habituels du label. En effet, entre screamo et post-hardcore (la première version du terme), le groupe de Cardiff n’a jamais succombé à l’appel de la mélodie putassière ou de la brootalité trop calculée. A la place, ils ont préféré rester dans cette optique de sincérité: les mélodies emo douces-amères sont là (et ce dès l’intro de Washout), couplées à des passages plus nerveux vocalement, évoquant la fragilité de La Dispute ou Pianos Become The Teeth.

La voix d’Alex Pennie est en effet puissante et à fort pouvoir émotionnel, elle porte vraiment les compos entre cris et chant mélodique. Ces dernières sont plutôt variées, passant de délicatesse riffique (Newspaper Sky) à des parties plus nerveuses à la façon d’un Defeater ou un Touché Amoré (Hypocrisy, Moral Decay) en passant par des riffs punk (aux faux airs de Million Dead pendant Doubt ou Dandelion) voire doucereux dans un esprit davantage midwest emo (le superbe instrumental Daydreamer). Quant aux lyrics, fidèles à leurs habitudes entrevues sur leurs EPs, ils développent des thématiques pessimistes, à propos de solitude et d’amour contrarié notamment.

Entre retenue et explosions rageuses, Rain permet à Goodtime Boys de déployer une large palette d’émotions sans jamais forcer le ton ou tomber dans le plaintif gnangnan. De la rage, de la sensibilité mais surtout beaucoup de fraicheur !

  1. Washout
  2. Wallflower
  3. Doubt
  4. Life Moves
  5. Dandelion
  6. Hypocrisy
  7. Cloudbursts
  8. Moral Decay
  9. Daydreamer
  10. Folsom
  11. Newspaper Sky
  12. Downpour

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *