Sleep Party People – Floating

Pas de commentaires      1 153
Style: dreampop/shoegaze uniqueAnnee de sortie: 2014Label: Blood and Biscuits

Voici l’album idéal pour une petite session rêverie. Projet initié par le lapin multi-instrumentiste danois Brian Batz, Sleep Party People signe avec Floating, un troisième album à l’univers toujours aussi unique, entre atmosphères embrumées et voix étrangement vocodée, comme un petit tour chez un Lewis Caroll version aérienne…

Change In Time donne d’entrée la tonalité de l’album. Douceur de mise avec son intro post-rock, le chant de Batz intervient ensuite, toujours haut perché mais plus « naturel » qu’à l’accoutumée (on sent qu’il est ici un peu moins trafiqué), accompagnant à merveille cette ouverture dérivant peu à peu vers un shoegaze plus puissant (quel final !). Même si le chant est un peu plus mis en avant que sur les précédents albums du projet, il conserve son imperceptibilité: impossible en effet de déchiffrer les paroles, il n’y a plus qu’à seulement se laisser porter par ses mélodies.

Que les titres soient davantage portés par les sons synthétiques (A Stranger Among Us, le rétro Death Is The Future), que par les instruments (le presque post-punk I See The Moon, la superbe conclusion Scattered Glass, shoegaze prenant avec guitare électrique parmi le décor), voire souvent un savant mix de ces deux facettes (In Another World, ou la rencontre d’arpèges mélancoliques et d’une atmosphère ambient lugubre, ou encore l’enivrant drone/piano sans voix I See The Sun, Harold). Seul le minimaliste Only A Shadow remet le vocoder à plein régime, on retrouve là la recette émotionnelle originelle parfois vue sur les premiers travaux de Sleep Party People, des gémissements distordus de lapinous et un piano, ceux-ci accompagnés d’une légère nappe ambiante pour un rendu bouleversant.

Sleep Party People parvient à renouveler le style dont il est le dépositaire: un trip enchanteur, parfois presque enfantin, au milieu d’un curieux brouillard hypnotique dans lequel on entrevoit de multiples silhouettes: des réminiscences de bandes-son de films de Tim Burton comme de sci-fi ou fantastiques, du Mew, du Sigur Ros mais aussi du Slowdive et du Jesus & Mary Chain. Un univers personnel très dense duquel il est délicat de pouvoir s’imprégner avant de pouvoir flotter comme le promet son titre et le personnifie sa pochette. Mais Floating vaut vraiment la peine de s’y plonger.

  1. Change In Time
  2. Floating Blood of Mine
  3. A Stranger Among Us
  4. In Another World
  5. Death is the Future
  6. I See The Sun, Harold
  7. I See The Moon (feat. Lisa Light)
  8. Only a Shadow
  9. Scattered Glass

Bandcamp
Facebook

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *