Vanna – VOID

Pas de commentaires      496
Style: post-hardcore new generationAnnee de sortie: 2014Label: Pure Noise RecordsProducteur: Will Putney

Groupe de post-hardcore (la version ricaine la plus récente) de Boston, Vanna est un nom que l’on voit régulièrement sur les tournées géantes des cadors du metalcore international (Vans Warped Tour notamment). Pour leurs dix ans d’existence, les voilà qui sortent pas moins que leur cinquième album !

VOID démarre de manière tonitruante par son titre éponyme, bien énergique et à la puissance renforcée par les chœurs, cette entame rappelle autant Cancer Bats qu’Every Time I Die, de quoi faire ravaler les aprioris concernant leur style. Toxic Pretender, même s’il poursuit vers le même type d’énergie, nous offre ce que je tends à redouter dans le post-hardcore actuel: des refrains chantés en voix claire. Mais pour le coup, malgré la (mauvaise) surprise, il faut avouer qu’ils ne sont pas mal foutus ici, rejoignant un peu le pendant mélodique d’un Norma Jean.

Malheureusement cette édulcoration ne fonctionne pas toujours, ainsi les refrains de Holy Hell ou encore Personal Cross sont un peu trop calibrés pour convaincre, vouloir à tout prix signer des tubes à refrains fédérateurs fait immédiatement baisser l’intérêt d’un album qui partait pourtant sur de très bons rails. Digging la tente ensuite façon Underoath, c’est toujours un poil putassier par moment mais l’efficacité est tout de même de mise.

Et cette efficacité se retrouve sur la plupart des autres titres de ce VOID, misant plus volontiers sur la hargne et l’énergie que sur le formatage mélodique (c’est autre chose quand les chorus gnangnans sont remisés au placard !). Ainsi, c’est une très bonne impression que laisse cette fin d’album (de Humaphobia à All American’t), même si Bienvenue, et ses nombreux clichés (voix claire too much pour une ballade conclusive pseudo torturée assez mièvre) fait un peu tiquer après les très bons titres précédents.

En dépit de quelques facilités emo-mélodiques dont le groupe aurait pu se passer (fort heureusement, il n’y a pas trop d’abus de ce côté-là), Vanna signe un album dans le sillage de The Chariot, globalement nerveux et loin d’être déplaisant.

  1. VOID
  2. Toxic Pretender
  3. Holy Hell
  4. Digging
  5. Yuth Decay
  6. Personal Cross
  7. Humaphobia
  8. Piss Up A Rope
  9. Pornocopia
  10. All American’t
  11. Bienvenue

Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *