Veilburner – The Three Lightbearers

Pas de commentaires      1 172
Style: chaotic death/black metalAnnee de sortie: 2014Label: autoproductionProducteur: Mephisto Deletorio

Veilburner est un jeune projet monté du côté de la Pennsylvanie par deux mecs aux pseudos évocateurs: Chrisom Infernium (chant) et Mephisto Deletorio (tout le reste), avec de tels pseudos, nul doute permis, nous sommes dans le metal extrême. Bingo ! The Three Lightbearers nous plonge dans un univers death/black très alambiqué, aux attaques tantôt très techniques, tantôt plus portées sur les ambiances.

Gospel Of Blood-Stained Void met directement dans le bain. Une intro très atmosphérique plutôt calme durant laquelle Chrisom Infernium nous présente sa voix du genre très rocailleuse, puis tout s’emballe, de riffs techniques (parfois plus mélodiques, grâce à l’apparition d’un synthé spatial en seconde partie de morceau) à quelques envolées vocales (faisant pas mal penser à Akercocke) démontrant que le bonhomme n’est pas qu’un beugleur, ce morceau très dense plante dès lors une première banderille.

Et cela va être ainsi pour les dix morceaux suivants, allant de surprises en surprises: des surprenantes atmosphères (orientalisante façon Nile sur Masturbating The Obelisk (wtf ?), spatiale sur Purgatorium, posée le temps de Solarcide…) à la diversité vocale de Chrisom, la cohabitation de ces deux éléments allant de pair.

Si l’angle d’attaque de Veiburner semble au premier abord être le chaos total au point de complètement brouiller les pistes de lecture pour l’auditeur (Gospel Of Blood-Stained Void, Nil Absolute ou Revelations Genesis, étant tortueux et ultra violents), le duo sait aussi aérer son propos et se calmer sur la technique grâce à de judicieux titres mélodiques faisant retomber la tension (j’ai déjà parlé de Solarcide donnant dans du mid-tempo finement composé, notons aussi l’interlude Idol Horror qui aurait pu figurer dans un film d’épouvante). Damnation A.D. termine ce premier album en fanfare: ultra rapide, agressif, bordélique, des sons biscornus, des rires malfaisants, des riffs accrocheurs, une sacrée claque !

Tel un mélange un peu foutraque entre Decapitated, Deathspell Omega, Ulcerate, Akercocke et Nocturnus, Veiburner livre une vision décomplexée du death metal. Bien qu’il soit un peu difficile à suivre par moment, ce premier album au son tip top et à la technique irréprochable devrait séduire les amateurs de metal extrême aimant traverser hors des clous…

  1. Gospel Of Blood-Stained Void
  2. Masturbating The Obelisk
  3. In The Constellation Of Dust And Shadow
  4. Nil Absolute
  5. Purgatorium
  6. Where The Light Is Death And The Darkness Is Lord
  7. Solarcide
  8. Revelations Genesis
  9. Stigmatic Levitation
  10. Idol Horror
  11. Damnation A.D.

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *