Dope Body – Lifer

Pas de commentaires      1 195
Style: Noise n'roll punk et mélodiqueAnnee de sortie: 2014Label: Drag City

Mazette, la belle torgnole… Combo noisy originaire de Baltimore et formé en 2008, le groupe a déjà sorti 4 albums avant de nous livrer cette année ce Lifer à la pochette plutôt sobre et directe, qui ne donne aucun indice sur son contenu. Les américains avaient déjà séduit en 2012 avec leur Natural History et remettent donc le couvert en modifiant quelque peu la recette qui a fait leur succès tout en se fondant toujours sur les même bases : noise, punk, avec des grosses déflagrations de guitares.

Réputé pour ses prestations live incendiaires, on a aucun mal à imaginer les nouvelles compositions du groupe sur Lifer passer l’épreuve de la scène, tant l’urgence et le rock n’roll destroy et déjanté sont à l’honneur. L’intro bien électrique est trompeuse autant qu’énergique, trompeuse car l’enchaînement avec le superbe « Repo Man » surprend, car voilà qu’on déboule sur une sorte de rock bluesy qui rappelle Rollins Band avant de montrer les dents sur le « refrain ».

L’effet est saisissant et tient beaucoup à la voix déglinguée d’Andrew Laumann qui hurle, s’époumone, en mode punk, rocker mais aussi crooner cajoleur (sur « Echo » qui rappelle un peu le Faith No More des moments calmes) et qui donne en tout cas tout ce qu’il a durant les 44 minutes que dure l’album.

Beaucoup plus rock’n’roll, moins déstructuré et noisy que sur ses précédents opus, le groupe n’en est pas moins insaisissable s’autorisant beaucoup, toujours sous le pavillon de l’énergie et de l’urgence, n’hésitant pas à convoquer de vieilles influences comme celle de Rage Against the Machine, pas franchement flagrante de prime abord, mais qu’on peut peut-être quand même apercevoir dans les saturations d’un « Hired Gun ».

Ce qui ne manque pas de surprendre au fil des écoutes c’est à quel point le groupe, sans faire la moindre concession, en restant jusqu’au boutiste dans l’approche, violent, sale, et méchant, parvient tout de même à rendre son album accrocheur, plein de passages mémorables qui s’impriment durablement.

Au final Lifer est passionnant, varié, accrocheur et en même temps destroy et rock n’roll de bout en bout. A ne pas rater !

Tracklist :
1) Intro 1:51
2) Repo Man 4:06
3) Hired Gun 4:03
4) Echo 4:40
5) AOL 2:36
6) Rare Air 4:42
7) Day by Day 4:54
8) Toy 4:08
9) Nu Sensation 4:14
10) I’d Say To You 2:22
11) Even In The End 6:54

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 921 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *