Finch – Back To Oblivion

Pas de commentaires      1 272
Style: post-emo-rockAnnee de sortie: 2014Label: Razor & Tie

Rappelez-vous le début des années 2000, le néo metal commençait alors son auto-combustion tandis que les groupes affiliés post-hardcore/emo/metalcore commençaient à lui piquer sa place dans les colonnes des magazines rock. Parmi ces groupes, les californiens de Finch, auteurs de l’explosif What It Is To Burn (2002) conciliant énergie punk, gros son et mélodies à la sensibilité emo, ce premier album et son efficacité avaient alors permis au groupe de se faire connaitre. Malheureusement pour eux, tout ne sera pas si rose par la suite, le quintet connaissant même deux splits (!) avant d’annoncer son retour en début d’année (suite à quelques concerts). Un retour qui s’appelle curieusement Back To Oblivion (retour à l’oubli), ça voudrait dire « jamais deux sans trois » ?

Comme si le temps ne s’était pas écoulé, Finch sonne quasiment comme à ses débuts. Notamment son vocaliste Nate Barcalow dont le timbre juvénile n’a pas bougé d’un iota en 12 ans. Musicalement par contre, ses comparses se sont assagis, proposant désormais un rock plus passe-partout, aux mélodies certes travaillées mais à l’impact général beaucoup moins percutant qu’à leurs débuts. En résultent des titres qui, en dépit de certaines mélodies faisant mouche (Anywhere But Here, l’énergique Further From The Few), n’ont pas franchement de quoi se relever la nuit.

Pour ainsi dire, on croirait parfois entendre une version pop-punk musclée de 30 Seconds To Mars (Back To Oblivion) ou de Deftones (flagrant sur Picasso Trigger). Les titres davantage mid-tempo sont aussi légion, tels Murder Me, Play Dead ou Inferium, cherchant à créer des émotions sous forme de « presque ballades » peu passionnantes, un peu trop mollassonnes pour susciter un réel intérêt.

Malgré des passages plus énergiques et toute la sympathie qu’on a pour ce groupe, Finch peine à convaincre à cause de sa formule un poil désuète façon Hopesfall dernière époque, dépassée depuis par des wagons de groupes proposant une recette plus originale/moderne/pêchue. Sans être un mauvais album, Back To Oblivion s’adresse surtout aux fans nostalgiques du groupe qui attendaient ce retour avec impatience. Un retour malheureusement très convenu et manquant cruellement d’accroche (à noter la quasi absence de cris) et d’inventivité (voire d’envie), annonciateur d’un nouveau « retour à l’oubli » ?

  1. Back To Oblivion
  2. Anywhere But Here
  3. Further From The Few
  4. Murder Me
  5. Picasso Trigger
  6. Play Dead
  7. Two Guns To The Temple
  8. The Great Divide
  9. Us Vs. Them
  10. Tarot
  11. Inferium
  12. New Wave

Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *