Carpenter Brut – EP II et EP III + Interview

Pas de commentaires      4 038
Style: Rétro électro Annee de sortie: 2014

Bon j’ai un peu merdé puisque je me rends compte que j’ai complètement oublié de chroniquer le deuxième EP de Carpenter Brut, le biennommé EP II paru en 2013. Pourtant, je vous renvoie à la chronique du premier EP, ce n’est pas par manque d’enthousiasme pour le projet que j’avais zappé cette sortie. Non s’il y a une raison à trouver c’est certainement que j’ai pu ressentir une légère déception en découvrant ce deuxième EP qui ressemblait trop au premier, en moins bien, me semblait-il à l’époque.

carpenter brut - ep2Ceux qui ne connaissent pas encore Carpenter Brut (ont tort) connaissent peut-être Perturbator, qui oeuvre dans le même style et dont le dernier album, le sympathique Dangerous Days,  a été bien accueilli par la critique. Pourtant, si j’apprécie globalement le compatriote de Carpenter Brut, je ne suis pas en accord avec la totalité des choix artistiques de Perturbator, notamment la longueur de certains morceaux, et surtout l’utilisation d’un chant féminin bien moisi sur certains morceaux. De plus, ses morceaux manquent parfois un peu de mordant. Bref, laissez-moi donc vous dire que Carpenter Brut est à mon sens très largement au-dessus et que si vous ne connaissez pas encore, il va falloir vous y mettre urgemment.

Avec le recul je suis d’autant plus fautif d’avoir zappé ce deuxième EP qu’il est en réalité très bon, s’inscrivant certes dans la droite lignée du précédent, mais proposant encore quelques pépites à même de raviver sans mal l’enthousiasme ressenti à l’écoute du premier EP. « Roller Mobster », « Meet Matt Stryker » ou encore « Hang’em All » sont certainement les meilleurs exemples pour illustrer cette nouvelle réussite à mettre au crédit de notre meilleur ambassadeur de musique électronique en France aujourd’hui (si, si).

Ajoutons à cela une pochette encore une fois superbe, toujours dans un style sobre, et influencé par les vieux films américains des années 80/90. La seule peccadille qui vient ternir le tableau à mon humble avis sur cet EP est le titre « Obituary » que notre charpentier a pourtant choisi de mettre en avant pour illustrer l’album, et j’avoue ne pas très bien comprendre ce choix, tant il me paraît être le titre le plus faible de l’album. Atmosphérique et plutôt lent, ce n’est pas un titre bien passionnant, il y en a en tout cas beaucoup qui auraient été plus appropriés pour incarner la quintessence du projet.

Il n’en reste pas moins que les amateurs de Carpenter Brut ont peu de chances d’être déçus.

 

 

EP III ItunesEt il en ira de même avec la 3ème sortie du projet, Ep III, qui vient conclure cette trilogie sans nom et ne fera probablement jamais honte à son géniteur. Parce que pour le coup, l’ami Carpenter nous livre là rien de moins que son meilleur EP, et de loin à mon avis. On sent vraiment qu’un cap est franchi en matière de composition et de richesse des arrangements. Saxo endiablé, orgue menaçant, le français continue à alimenter son univers toujours largement connoté « années 80 », et l’apport de ces quelques nouveautés, sans drastiquement changer la donne, représente un plus vraiment bienvenu.

Un autre plus non négligeable, et même pour le coup une vraie nouveauté significative, est la présence de chant sur l’un des titres : le chanteur du groupe Erevan Tusk, invité sur le titre « Anarchy Road » apporte en effet beaucoup, son timbre s’accordant à merveille avec la musique du charpentier. Et autant il y avait un ou deux titres plus faibles sur le précédent EP, autant tous les morceaux de cet EP III sont de véritables bombes qui viennent conclure à merveille la trilogie du nouveau maître de l’électro rétro français.

Inutile de dire que ceux qui n’ont pas pu saisir l’opportunité d’acquérir l’un des exemplaires physiques des différents EP de Carpenter Brut (sachant que le 3ème EP n’est apparemment pas encore disponible) auront intérêt à surveiller la sortie en janvier/février de la trilogie rééditée chez Neuropa en vinyle et cd.

Bandcamp de Carpenter Brut.

Facebook.

Place à l’interview de Carpenter Brut réalisée par mail en fin d’année 2014.

1- Pourquoi Carpenter Brut ? On imagine qu’il y a un lien avec John Carpenter, peux-tu nous éclairer sur le pourquoi du nom ?

A la base, le nom est plutot parti d’une blague, dans un bar. Il y avait du champagne Charpentier Brut. Mais comme l’idée etait aussi de musicalement faire un crossover entre Justice et John Carpenter, j’ai trouvé ça marrant et c’est resté.

2- Quelles sont donc tes influences majeures (film, musique) ? On les imagine plutôt américaines, du fait des visuels très “américains” que tu proposes…

Les influences tiennent plus du souvenir que du concret. Cette phase ado où l’on allait au videoscope fouiner dans le rayon horreur pour se faire une soirée VHS avec les potes. J’achetais aussi Mad Movies où j’hallucinais sur les maquillages et les effets speciaux. J’en ai même fait des tous pourris avec du plâtre, de la grenadine etc… C’etait fun. Musicalement j’ai un background metal, d’abord heavy et puis plus burné avec le thrash, death, black etc… mais je ne suis pas une encyclopedie, je suis juste un consommateur normal de musique.

3- Quel est ton film de Carpenter préféré? Et quid de la BO que tu préfères de lui ?

John Carpenter

John Carpenter

Je crois que mon préféré est THE THING, et je pense que c’est surtout un des meilleurs films de tous les temps, tout simplement, et la B.O, surement le thème de New York 1997.

4- On sent une petite « mode » autour du revival des années 80, notamment par rapport à la musique électronique. D’où viens-tu à la base (musicalement), est-ce que tu as toujours eu une passion pour les sonorités électroniques ?

En musique tu auras toujours des cycles. Là, c’est au tour de l’éléctro typé 80’s. Après, à voir si les modes arrivent naturellement ou si elles sont forcées. Kavinsky fait ça depuis 2006. Je pense même qu’il y en a qui n’ont jamais arrêté de faire ce style. Comme je suis plutot dans le metal, mis à part Kavinsky, je n’avais aucune connaissance de cette scene, la synthwave, l’Outrun etc… Mais est-ce que les mecs qui remettent cette musique au goût du jour ne sont tout simplement pas des trentenaires nostalgiques ? En tout cas moi c’est un peu ça.

5- Tu viens de sortir ton 3ème EP clôturant une (première?) trilogie. Quelle évolution est perceptible entre les 3 EP de Carpenter Brut selon toi ? Les morceaux ont-ils été écrits au fur et à mesure des années, ou tu avais déjà des idées mises de côté par le passé sur lesquelles tu es revenu ?

Je pense que je compose mieux, je copie moins, j’ose un peu plus de choses, je me fous encore plus de m’eloigner du style des débuts. Je m’amuse davantage, même si la composition m’est super pénible. Je suis plutot perfectionniste mais pietre musicien donc je travaille hyper lentement. En tout cas, pas aussi vite que j’aimerais. Et le troisieme ep, qui clot la trilogie, a vraiment été pénible à écrire, parce que je ne voulais pas me répéter. Je voulais essayer de pousser les choses un peu plus loin, mais j’etais aussi freiné par ma technique un peu juste. Et en plus de ça, je voulais rester un peu dans une thematique globale de sonorités, de rythmes etc.. Mais les morceaux ont été composés dans les six derniers mois, même si « Division Ruine » est le plus vieux, il a été composé il y a plus d’un an, les autres sont arrivés au dernier moment. J’avais des bribes d’idées par contre, mais j’ai beaucoup jeté. Et je ne reviens jamais sur des vieux morceaux.

Comme je ne pense pas repartir sur une nouvelle trilogie, je me sentirai un peu plus libre la prochaine fois. Ce n’est pas pour ça que ça sera plus simple à faire.

6- On sent que la dimension visuelle, l’imagerie, sont extrêmement travaillées, ce qui se ressent à la fois dans les visuels des disques (qui sont superbes au passage) ou dans les illustrations vidéo  que tu mets en place (je pense notamment au marquant teaser du 2ème EP). Est-ce que tu conçois ta musique comme des illustrations sonores pour des films que tu imagines parallèlement ?

EP I

EP I

J’écris toujours une mini histoire quand je compose. J’ai du mal à parler dans le vide, si je n’ai rien à raconter je préfère me taire. Donc c’est le même concept pour la composition. Je pars d’un petit scenario et je compose en fonction de ça. Et puis ça cadre un peu l’ensemble, ça m’empêche de partir dans tous les sens. Et pour les visuels, j’essaie de rester simple. Je suis tellement blasé des pochettes surchargées dégueulasses avec mille trucs à voir. Une photo ça reste simple et bien plus efficace parfois.

7- Pourquoi cette imagerie très “américaine” d’ailleurs ?

Parce que j’ai grandi avec cette culture, que j’aime visuellement les Etats-Unis. Je trouve ça fun, tout bêtement.

8- Que signifie la croix renversée qu’on retrouve sur les 3 pochettes de Carpenter Brut?

Où est le bien, où est le mal dans l’histoire ? Un pote m’a dit qu’en psychologie ça s’appelait “tuer le père”, à propos de Justice et ses croix à l’endroit sur ses visuels. C’est peut-être ça aussi. En tout cas ça n’a pas pour vocation de mettre en avant des penchants satanistes. Je ne cherche pas à jouer sur le terrain de Watain. Mais, je n’en pense pas moins.

9- De quels autres artistes te sens-tu proche aujourd’hui ? Est-ce que Perturbator (qui marche bien avec son album récemment sorti et sur lequel tu apparaîs d’ailleurs) est de ceux-là ? Es-tu client de Kavinsky?

Je m’entends bien avec Perturbator, c’est un mec cool et intelligent.
Kavinsky, lui, je ne le connais pas. Je ne le porte pas forcément dans mon coeur, meme si j’aime deux trois morceaux bien cool qu’il a fait.
Je ne me suis jamais posé la question de savoir de qui j’etais proche ou non. Je suis trop dans ma bulle. Je ne renvoie chier personne, j’essaie d’être disponible quand les gens me contactent, mais je ne cherche pas à integrer un club ou avoir pleins d’amis.

10- Je parlais de “revival” en question 3, ce qu’on pourrait illustrer par des films comme Drive, ou des jeux vidéo comme Hotline Miami, qui mettent la musique électronique un peu vintage à l’honneur et sur lesquels apparaissent des Kavinsky ou Perturbator entre autres justement. Est-ce que tu participes à la BO de Hotline Miami 2 (dont la sortie eu premier trimestre 2015 est très attendue) ? As-tu d’autres projets de participation/contribution à des films ou jeux vidéo ?

hotline-miami-2-poster-newOui je serai dans Hotline Miami 2. J’ai aussi “Le Perv” dans le jeu The Crew chez Ubi Soft. Y’a quelques trucs en cours en ce moment, mais évidemment, je ne peux pas en parler tant que ce n’est pas fait. Et puis j’ai composé la B.O du moyen metrage des Deka Brothers “Father and Son”. Un exercice pas simple là aussi, mais plutot cool au final. On est content du résultat, meme si ce n’est pas vraiment le style que je fais avec Carpenter Brut.

11- Les pressages CD des 2 premiers EP étaient à chaque fois extrêmement limités (en quantité) pourquoi ce choix ? QUID de l’EP III ? Parle-nous de la sortie prochaine de la trilogie chez Neuropa… Que peut-on attendre en terme de packaging ? Ce sera du CD, du vinyle, les deux ?

Les deux premieres fois, c’est Black BVS Records qui avait sorti les cds en version limitée parce que le budget était ce qu’il était. Et puis on ne pensait pas en vendre mille non plus, donc ça ne servait à rien. Cette fois encore on va rester sur une petite quantité. Je ne cherche pas à speculer sur le truc, si la demande est forte on en refera de nouveau. Mais comme les gens achetent de moins en moins de CD, je prefere mettre mon argent ailleurs, dans le visuel du triple LP par exemple, qui va sortir chez Neuropa. Les Fortifem bossent dessus et ça va reellement etre super fun. Il y aura aussi normalement une version 3 CD Digipack.

12- Quelle est la suite pour Carpenter Brut ?

On répète le live en ce moment. Je vais souffler un peu aussi en terme de composition. Un petit remix à faire. Je suis tout autant dans le speed, mais en même temps, on fait ça pour ça.

13- Tu passes en concert prochainement (notamment à Bordeaux le 20 janvier ou au Batofar à Paris le 22 janvier -concert sold-out d’ailleurs!!), comment ça va se passer concrètement ? Toi seul derrière ta console à la manière d’un DJ ou as-tu prévu autre chose?

Il y aura un batteur et un guitariste. Ca a le merite de donner une autre dimension aux morceaux, ça reste efficace mais plus cool en meme temps, ça permettra à long terme de tenter des trucs nouveaux, des impros etc…

14- Quelque chose à ajouter ?

† Paix et Amour †

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 901 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *