The Divorcée – Heartfucker

Pas de commentaires      806
Style: math/grind/chaos/noiseAnnee de sortie: 2014Label: autoproduction

Faisant suite à une démo sortie en 2013, Heartfucker est donc le premier EP du groupe anglais The Divorcée. Les cinq britons produisent une mixture de mathcore à tendance chaotico-spazzcore, c’est-à-dire un truc bruyant et braillard sans queue ni tête pour le profane, qu’ils mêlent à un feeling noisy pas dégueu du tout.

A la manière de Snake Baptist dont j’avais dit du bien en ces pages il y a quasiment un an, The Divorcée propose une entame d’EP particulièrement sauvage. Les quatre premiers titres (tous sous les 2 minutes) sont des furies aussi bruitistes que complexes sur lesquelles le vocaliste vocifère d’une manière impressionnante, laissant même échapper quelques growls (Columbian Flu). Une première partie d’EP enragée à la manière des cadors du chaos-grind (CombatWoundedVeteran et autres The Sawtooth Grin) qui a de quoi faire fuir n’importe quel mélomane.

Si cet EP était parti pour être un déversement de bruits et de violence extrêmes, Etiquette Of A Hatefuck va changer la donne. Dans un esprit approchant les débuts de Daughters, The Divorcée montre qu’il est aussi à l’aise dans un contexte noise rock un peu plus structuré et faisant retomber (un petit peu) la tension et le tempo. Le chanteur semble d’ailleurs avoir retrouvé ses cordes vocales sur ce morceau. Un panel vocal que l’on retrouvera d’ailleurs aussi sur le torturé Field Of Dreams pendant lequel on passe par tous les états en même temps que le chanteur.

Tout éprouvant qu’il puisse être, Heartfucker est une petite bombe de folie aussi abrasive que jusqu’au-boutiste, le genre de truc à la violence bordélique qui provoquera rejets, crises d’épilepsie voire peut-être une certaine attirance (si si c’est possible !)… A réserver aux oreilles averties.

  1. Fertile Trash
  2. Corpseflower
  3. Columbian Flu
  4. The Cold Heart Of The Sun
  5. Etiquette Of A Hatefuck
  6. Field Of Dreams
  7. Thank You Sir, May I Please Have Another?

Bandcamp
Facebook

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *