Bilan 2014 – Darkantisthene

4 Commentaires      1 097
Annee de sortie: 2014

Bilan 2014

Très belle année. Je ne sais pas si ça vient de moi ou si objectivement les sorties de qualité ont été florissantes mais j’ai eu du mal à me limiter à un top ten. Vous aurez donc droit à une liste assez longue d’outsiders qui n’auraient pas démérité. 2014 : sous le signe de la générosité donc.

Le top 10 :

the treatment - running

The Treatment

La Grande-Bretagne reprend ses droits en termes de Hard n’ Roll sleazy couillu et rafraichissant.

dark fortress_venereal dawn

Dark Fortress

Ce que le black metal est capable d’offrir de mieux lorsqu’il se veut moderne et ambitieux. Une oeuvre exigeante, riche et puissante. Le meilleur album des Allemands.

loudblast.-.burial.ground.-.front.cover

Loudblast

On ne peut qu’être admiratif devant autant de talent après de si nombreuses années de service. Une oeuvre très forte qui allie audace et classicisme dans une noirceur jouissive.

Infestus-The-Reflecting-Void1

Infestus

Un album recommandé à tous ceux qui souhaitent se morfondre dans la mélancolie sans avoir à se cogner les lamentations d’un depressive black metal anorexique.

combichrist-weloveyou

Combichrist

S’il est des hommes politiques qui n’ont pas le monopole du coeur, il est des styles qui n’ont pas celui de l’agressivité rageuse. C’est le cas du metal et les electro (rock-metal quand même) bad boys de Combichrist sont venus apporter une démonstration magistrale.

triggerfinger absence

Triggerfinger

Ah les salauds de Belges ! Bien plus rock n’ roll que nous autres (pauvres) Français, ils ont préféré expatrier  l’insupportable Stromae ou « notre » Johnny et se sont bien gardés de nous proposer leur arme secrète. Mais ne fermons pas nos frontières auditives et sachons apprécier ce retour en grande forme du trio groovy et grassouillet.

BLUT-AUS-NORD-Memoria-Vetusta-III-Saturnian-Poetry

Blut Aus Nord

Voilà un retour sur lequel je n’aurais jamais parié un kopek. Un retour sur ma platine bien sûr (le groupe n’a jamais chômé) et sur la vôtre immanquablement si vous vénérez les grands albums de la vague scandinave des 90’s. Un classique.

Rival_Sons_Great_Western_Valkyrie

Rival Sons

Je n’ai jamais adhéré aux éloges qui ont suivi la sortie de leur premier album. En 2014, alors que je n’attendais cette sortie avec aucun enthousiasme, je suis bien obligé de courber l’échine et de saluer une très belle sortie classic rock.

Trenchrot-Necronomic-Warfare

Trenchrot

Malgré toutes les bonnes sorties en death old school, j’ai choisi de mettre en avant des nouveaux venus au death particulièrement sauvage et corrosif. A écouter équipé de gants pour éviter le tétanos.

a hill to die upon holy despair

A Hill To Die Upon

Il est très probable que ce groupe n’atteigne jamais la reconnaissance qui devrait être le sienne dans le milieu du black dark death mélodique mais je persiste et signe ; d’autant qu’ils ont eu la bonne idée de monter encore le niveau d’un cran.

Les outsiders :

Comme souvent, les avis ne sont pas tranchés et d’autres albums auraient pu éventuellement faire partie du peloton de tête. Il convient donc de saluer quelques très bonnes sorties :

Zodiac : j’ai pu enfin digérer l’accalmie qui a suivi leur première sortie ; beau blues rock planant

Mortuus : un brin répétitif mais qui apporte son lot d’ambiance macabre ;

Decapitated : dévastateur à l’énergie et la puissance débordante ;

Aborted : un retour à death grind plus direct et groovy ; très bons soli

– Des nouveaux venus blackeux scandinaves à suivre de très près Vredehammer, ;

– Slash : inégal mais de très bons moments bien velus

Ghost Brigade qui semblent avoir trouvé la formule quasi parfaite associant A perfect circle et Katatonia ;

– Le scoop de l’année : une petite tuerie black hollandaise (eh non ça n’est pas – plus – antinomique) : Horned Almighty, baveux à souhait ;

– Le désormais incontournable mais ô combien talentueux rock  bluesman Joe Bonamassa ;

Krieg : un album black un peu melting pot mais qui ouvre peut-être des perspectives pour le renouveau de la noirceur ;

Royal Blood : du bon gros rock qui aurait mérité d’approfondir certaines audaces ;

The Last Vegas : ils entretiennent la flamme sleaze rock avec délectation ;

Massive : ces nouveaux venus frôlent de très peu le podium et nous gratifient peut-être du meilleur titre rock de l’année avec « Bring down the city » ; s’ils arrivent à retranscrire sur scène l’énergie qui sue de l’album, j’espère qu’ils ne tournent que près des hôpitaux.

California Breed : le nouveau groupe de Glenn Hugues qui s’est plutôt bien remis de l’arrêt de Black country communion ;

Faderhead : quand j’ai envie de faire bouger mon corps comme un jeune (volets fermés et lumières éteintes), je ne cherche pas 2 plombes, je mets Atoms and emptiness.

Bloodbath : comment est-il encore possible en 2014 de pondre des classiques dans un genre aussi balisé ? Comment les grands groupes de death suédois ont fait pour laisser encore tous ces riffs à disposition ? L’arrivée au chant de Nick Holmes (Paradise Lost) et le niveau d’écriture font pour moi de cet album l’une des surprises de l’année.

Mordbrand : des anciens God Macabre reviennent taquiner le goujon à coup de harpon rouillé.

Les déceptions :

Novembers Doom : 2015 a été une année maigre en bonne sortie doom mélodique ; les Américains eux-mêmes ne seront pas parvenus à rehausser le niveau.

Benighted : quelle déception… je sentais qu’il était difficile pour le groupe ne serait-ce que d’égaler le niveau des précédentes sorties mais là je suis bien obligé de constater amèrement le manque d’inspiration. Le dernier Aborted doit lui être préféré.

The Answer (mais ça devient une marotte) ;

Devin Townsend : comme le père Krakoukass, je trouve que le duo avec Anneke n’apporte plus rien (personnellement, je vais même jusqu’à dire qu’il n’a jamais rien apporté, chacun limite l’autre dans l’expression de son talent) ; et la suite potache (et surtout dénuée d’intérêt musical) de Ziltoïd ne permet absolument pas de redorer le blason du Canadien.

AC/DC : déception est un mot un peu trop fort car les bons moments sont bien présents ; toutefois, il ne s’agit pas ici d’un album qui permettra aux non fans de le devenir.

– Les sorties thrash et doom en général.

Les attentes 2015 :

Paradise Lost ? ; Carcass ? ; Enslaved ; Moonspell ; Seasick Steve ; Steven Wilson

 

 

 

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

4 Commentaires

  1. Angrom angrom says:

    Belle sélection. Je vais en profiter pour rattraper certains trucs que je n’ai pas écouté…
    AC/DC , déception ? Soyons sérieux par contre.

  2. darkantisthene says:

    j’avais la flemme de ne créer rien que pour eux la catégorie « fait plutôt bien le job », c’est pour ça !

  3. joss says:

    Je ne sais que penser du AC/DC maintenant. J’ai été très agréablement surpris à sa sortie, mais aujourd’hui je n’éprouve plus le besoin de l’écouter… On verra ce que ça donne après l’avoir laissé de côté quelques mois…

  4. Angrom angrom says:

    C’est souvent le souci avec les groupes qui ont des discographies de classiques longues comme le bras. passé l’excitation de la découverte on a toujours plus envie de se mettre entre les feuilles un « classic album » que le petite dernier.
    Ceci dit je trouve que pour un groupe qui a la longévité d’ACDC , Rock Or Bust tient plus que bien la route, avec ce qu’il faut de (petites) nouveautés pour maintenir l’intérêt. Surtout par rapport à Black Ice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *