Moonspell – Extinct

4 Commentaires      1 262
Style: Metal gothiqueAnnee de sortie: 2015Label: Napalm RecordsProducteur: Jens Bogren

Je sais pas vous, mais pour ma part ça fait bien longtemps que je ne m’intéresse plus de très près à la carrière et aux sorties discographiques des portugais de Moonspell. Je jette toujours une oreille distraite à leurs sorties, sans jamais ressentir l’intérêt que j’avais pu trouver il y a de cela bien longtemps, pour l’excellent Sin/Pecado. Malgré des tentatives pour s’extirper des carcans du metal gothique, avec quelques incursions/retours vers un metal plus extrême, le groupe mené par Fernando Ribeiro apparaît finalement depuis longtemps maintenant comme un simple second couteau de la scène.

Les choses sont-elles différentes en 2015? A dire vrai non, mais il faudrait cependant être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître que ce nouvel album des portugais est franchement bien foutu et réussi.

On note d’abord un retour vers un metal gothique « simple », aux structures facilement lisibles, couplet/refrain, ce qui apparaît comme une excellente décision, tant les 10 titres qui composent cet album sont tous bien écrits, et terriblement accrocheurs.

Fernando Ribeiro se montre toujours un très bon chanteur, sachant alterner entre un chant « crooner » gothique profond (« without youuu there’s no tomorrow! » sur la très belle ballade « The Future is Dark »), et quelques incursions agressives qui viennent dynamiser l’ensemble au bon moment.

Pour le reste le groupe se repose sur une assise quasi symphonique discrète mais bien réelle (présence de « cordes » ou au moins de synthés donnant l’illusion que) doublée d’une influence « orientale » franchement bienvenue et intéressante (les violons de « Breathe » par exemple notamment sur la fin du titre, ou « Medusalem », mais tout l’album est vraiment imprégné de cette ambiance orientale), sans rechigner non plus à s’appuyer de façon très légère sur l’électronique (voir le démarrage de « Malignia »).

Et puis il y a ces solos de guitare lumineux, superbement musicaux et jamais pénibles, exactement comme un bon solo de guitare chez Paradise Lost pour citer le haut du panier en metal gothique (cf par exemple sur le morceau titre, magnifique, sur « Domina » ou encore sur « The Future is Dark »). Réellement Ricardo Amorim s’est vraiment surpassé sur cet album pour proposer parmi les plus beaux solos de guitare qu’on entendra cette année je pense.

Alors bien sûr Extinct ne changera pas la face du metal et encore moins celle du metal gothique, mais il s’avère réussi, et d’une efficacité franchement redoutable malgré un conclusif « La Baphomette » façon cabaret (piano+cuivres) un peu bancal et finalement peu intéressant sur lequel Fernando essaye d’ailleurs de chanter en français avec son accent de vache portugaise. On saluera l’effort de proposer un titre un peu différent pour finir l’album mais la réussite n’est pas franchement au rendez-vous pour le coup.

J’avoue par ailleurs désapprouver le choix du groupe de faire appel à Seth Siro Anton (Spiros du groupe Septic Flesh) pour signer la pochette d’Extinct, non qu’elle soit laide, mais sa banalité incroyable dessert le groupe qui aurait mérité pour un si bel album, quelque chose d’un peu moins cliché et plus fin.

Tracklist :
1) Until We Are No More (Breathe)
2) Extinct
3) Medusalem
4) Domina”
5) The Last of Us
6) Malignia
7) Funeral Bloom
8) A Dying Breed
9) The Future Is Dark
10) La Baphomette

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 873 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. soldout says:

    Pochette hideuse, ras le bol des pochettes copier/coller de Seth. Sinon excellent album ça doit bien faire une dizaine d’année que j’avais pas autant écouté un album de Moonspell, mention spéciale aux leads vraiment excellents (Domina en tête). Effectivement on réinvente pas la roue mais c’est, selon moi, largement au dessus des précédents albums.

  2. Angrom angrom says:

    Plutôt agréablement surpris par ce disque d’un groupe que j’avais comme toi un peu lâché depuis la fin des années 90.
    Pas une grosse claque, mais un bon disque bien foutu. par les temps qui courent, c’est déjà pas si mal

  3. darkantisthene says:

    effectivement, ça n’est pas un chef d’oeuvre mais il y avait longtemps que Moonspell n’étaient pas aussi bien inspirés ; et quels soli !

  4. leo says:

    Excellent album ! Il tourne en boucle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *