10 years – From Birth to Burial

Pas de commentaires      942
Style: Nu MetalAnnee de sortie: 2015Label: Palehorse Records / WarnerProducteur: 10 Years, B. Vodinh

Le néo métal existe-t-il encore en 2015? On serait tenté de penser qu’il se cache bien en tout cas, tant il semble relégué aux arrières-plan et tant on entend parler finalement de très peu de groupes du genre, qui sont d’ailleurs plutôt des survivants, entre KoRn, Papa Roach, Limp Bizkit une fois tous les 5 ans… Evidemment Deftones est à part, ayant largement réussi depuis longtemps à s’extirper du carcan néo-métal pour devenir simplement un des meilleurs groupes de rock du monde. Mais où est la relève de ce genre moribond ?

Et bien figure-toi ami lecteur, qu’il faudrait commencer par souci d’honnêteté par ajouter 10 Years à la liste. Par souci d’honnêteté parce que même si tu n’en as jamais entendu parler (comme moi) le groupe existe depuis 1999 quand même, et surtout parce que son nouvel album (le 7ème!) sorti cette année, From Birth to Burial, est peut-être le meilleur album de néo-métal ou assimilable, que j’ai entendu depuis peut-être le Themata de Karnivool.

La première chose qui frappe immanquablement à l’écoute de cet album, c’est la voix du chanteur Jesse Hasek, qui évoque un croisement entre celle de Maynard Keenan et celle de Chino Moreno. Quand on apprécie les organes de ces deux gars, difficile de résister.

Pour le reste, on est clairement en terrain connu pour le vieux fan de néo métal que j’étais : entre passages mélodiques qui n’évitent pas toujours l’écueil du risqué « couplet/refrain » tout en étant bien accrocheurs et mémorables, et passages plus burnés comme sur « Triggers and Tripwires » qui pourrait évoquer un Ultraspank en forme, ou sur le faussement agressif « Crimson Kiss » et son refrain massacreur, 10 Years nous récite en 11 titres et un peu plus de 40 minutes sans fioriture, sa leçon parfaitement apprise. Très académique donc, mais non moins irrésistible, à l’image du superbe « Luna » qui utilise habilement et discrètement l’électronique, et sur lequel on jurerait avoir entendu Chino Moreno. Un peu plus loin, sur le démarrage de « The River » on se croirait cette fois sur un album de A Perfect Circle, le mimétisme vocal avec Keenan étant franchement stupéfiant.

J’ai mis du temps à écrire une bafouille sur cet album puisqu’il est maintenant sorti il y a 2 mois, mais force est de constater qu’il revient très régulièrement sur la platine (enfin dans mon lecteur mp3), ce qui est clairement un signe.

On chipotera rapidement sur le fait que l’album s’essouffle un peu à partir du 8ème titre, mais ça n’empêchera pas d’apprécier avec nostalgie cette excellente galette qui rend -volontairement ou non- un bel hommage à nos héros du passé.

Tracklist :
01. From Birth To Burial
02. Selling Skeletons
03. Vertigo
04. Triggers And Tripwires
05. Luna
06. Crimson Kiss
07. The River
08. Ashes
09. Survivors?
10. Miscellanea
11. Moisture Residue

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 887 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *