Metal goes Jazz

1 Commentaire      1 712
Annee de sortie: 2015

Des jazzmen qui se mettent au rock, ça s’est vu. Au metal c’est quasi du jamais vu (John Zorn a déjà fait du metal?). Une question de génération et d’instruments font que les deux styles sont assez hermétiques. Le metal étant un style musical plus récent c’est normal par contre qu’on trouve des musiciens metal inspirés par le jazz. Ça entre dans une démarche de découverte musicale logique qui aboutit au jazz quand on joue d’un instrument et qu’on tache de progresser dans son jeu, on cherche à écouter des musiciens d’un niveau technique éloquent. On en arrive au style musical où la technique des musiciens et la complexité de l’écriture sont les plus élevés.

Cette sélection réunit des groupes metal parmi les plus influencés par le jazz que je connaisse. Généralement ce sera dans les gammes complexes, les mélodies tordues, une progression depuis le jazz fusion d’un Mahavishnu Orchestra ou Allan Holdsworth. Cette utilisation de la guitare comme soliste sur le tard dans le jazz a pu être captée par des guitaristes metal qui ont incorporé ces éléments mélodiques dans leur jeu à divers degré.

Candiria, groupe de metal/hardcore, joue carrément du jazz par moments, des morceaux entiers comme ils ont des morceaux hip hop aussi. Là c’est un titre plutôt récent, totalement dans le jazz fusion boosté aux saturations. 1980 c’est une sorte d’EP bizarre sorti en 2007 par des Français et rien d’autre, aucune notoriété, aucune nouvelle. Le morceau est assez particulier dans l’album : la première moitié, calme, jazz pour le coup, laisse place à leur style de prédilection, qui rappelle souvent Meshuggah, mais là plutôt un metal puissant et groovy, en tout cas très bon. Ephel Duath fut un phénomène éphémère mais marquant. Ces italiens déboulent avec un album en 2003, The Painter’s Palette, en fait pas le premier, mais de débuts black, ils passent à un objet musical non identifié, un jeu de guitare unique et très bizarre et hyper jazz mais c’est à vrai dire le seul élément jazz de leur musique, la rythmique est puissante, les 2 voix, l’une hurlée l’autre chantée rock. Un album à connaitre, un indispensable. Plus anecdotique, Panzerballet, qui pour le coup est le groupe qui se rapproche le plus d’une formation jazz classique, un coté professionnel, on les imaginerait en backing band de n’importe qui, et ils jouent d’ailleurs beaucoup de reprises. Gros metal groovy et jazz/funk à parts égales. Certainement le groupe le moins jazz du lot, Textures démontrent quand même avec ce morceau très metal – le gros son est de rigueur – des influences jazz au niveau de certaines mélodies lead. Mais à vrai dire c’est peut être le chanteur qui vole la vedette. La musique de The Contortionist est devenue plus jazz sur leur dernier album mais ce morceau introduisant le précédent est un de mes préférés du groupe, les gammes dissonantes utilisées lui donnent un coté irréel. Ensuite Exivious, un groupe dans le sillage de Cynic, en plus jazz et plus « fusionné » au niveau de la composition et du son, qui n’alterne pas mais mêle metal et jazz, le morceau choisi étant peut-être le plus metal de leur répertoire. Ever Forthright n’a pas directement lien avec le jazz, mais le final de ce titre, les solos de guitare et le saxophone du chanteur le connotent tout de suite. C’est le morceau que je préfère de ce mix. Animals As Leaders est un groupe instrumental formé par le guitariste virtuose Tosin Abasi. Si le jazz y est présent c’est de façon subtile et diffuse, dans le jeu comme la composition. On ne sait pas grand chose des américains de Lye By Mistake, juste que jazz fusion et mathcore cohabitent dans leur musique. Très spécial donc. On finira sur un titre de l’album solo de Fredrik Thordendal, guitariste le plus influent de Meshuggah, pour finir ce mix consacré aux metalleux influencés par le JAZZZZZ.

Candiria – The Rutherford Experiment (What Doesn’t Kill You – 2004)
1980 – O Me Oh (1980 – 2007)
Ephel Duath – Labyrinthine (Crimson) (The Painter’s Palette – 2003)
Panzerballett – Reload (Panzerballett – 2005)
Textures – Touching the Absolute (Drawing Circles 2006)
The Contortionist – Holomovement (Intrinsic – 2012)
Exivious – Deeply Woven (Liminal – 2013)
Ever Forthright – The Little Albert Experiment (Ever Forthright – 2012)
Animals As Leaders – Air Chrysalis (The Joy Of Motion – 2014)
Lye By Mistake – The Condition (Fea Jur – 2009)
Fredrik Thordendal’s Special Defects – Zeta 1 – Reticuli (Sol Niger Within: Version 3.33 – 1999)

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Commentaire

  1. drommk says:

    jolie playlist. Même si je suis pas fan, il me semble qu’il faudrait aussi citer Atheist

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *