Earthmother – S/T

1 Commentaire      1 106
Style: post/black metal/hardcore etc.Annee de sortie: 2015Label: autoproduction

« Hé les copains, ça vous dit de monter un groupe de black metal ?
– Ah nan, moi je veux faire du postcore bien lourd !
– Moi je veux faire du hardcore tout court !
– Moi du shoegaze !
– Heu, ça vous dit pas plutôt de faire du Katatonia ?
Bon bah ok, on a qu’à faire un mélange de tout ça ! »

Et c’est ainsi que naquit Earthmother, groupe de Floride qui a eu semble-t-il un peu de mal à se décider sur sa direction musicale…

En effet, le jeune groupe a décidé d’amalgamer tous ces différents styles entre eux, même si cela donne aux premières écoutes des transitions peu évidentes. On passe ainsi d’un black metal à voix acérée à du chant clair mélancolique en passant par des moments plus lourds, le tout mis ensemble de manière assez intrigante, sans réel lien entre chaque partie. Prenons l’exemple de Dirge, on passe dans ce morceau par tous les états : du black metal nerveux à ce chant clair plaintif pendant les accalmies, on a d’ailleurs même droit à du growl bien caverneux histoire d’ajouter une nouvelle corde à leur arc déjà bien fourni.

Une surenchère dans les styles abordés qui, passée la surprise initiale, marche plutôt pas mal en dépit d’un aspect collage un peu « à l’arrache ». Le quintet a beau être jeune, la maitrise est là et ce, dans chaque (fragment de) style auquel il s’essaye. Earthmother est jeune oui, cela se ressent par ses trop grosses ambitions, la volonté de contenter les amateurs de styles très différents au sein d’un mélange original certes, mais encore mal assimilé. Un peu comme si Earthmother avait trouvé la recette du gâteau au chocolat parfait, sauf que quelques détails viennent un peu gâcher sa dégustation : des grumeaux, trop de sucre… Bref, on touche du doigt l’excellence… mais on n’y est malheureusement pas encore.

Un premier album aux champs (trop) ouverts qui aura le mérite d’interpeler l’auditeur, et un groupe qui, s’il parvient à un peu condenser son propos (et à un peu moins se disperser) pourrait bien marquer les esprits dans un futur proche…

  1. Nero
  2. Bedroom Eyes
  3. Dirge
  4. Sheep
  5. Rust
  6. Vermin
  7. Hiss
  8. Sleepy Head

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Florian says:

    Merci pour cette découverte !! Bancal mais fouillé et risqué cet album ! Chanteur ahurissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *