Northlane – Node

1 Commentaire      1 214
Style: metalcore/djent/atmosphériqueAnnee de sortie: 2015Label: UNFD/Rise Records

Leader du metalcore australien en compagnie de Parkway Drive, Northlane a connu quelques désagréments fin 2014 ayant aboutis au départ de son charismatique chanteur Adrian Fitipaldes (officiellement pour des raisons de santé). Un départ comblé par l’arrivée d’un nouveau vocaliste derrière le micro, un certain Marcus Bridge, dont le chant va changer l’angle d’attaque du groupe dans son entièreté.

En effet, le metalcore à tendance progressif de Northlane se voit fortement modifié sur ce Node, troisième album à l’aura beaucoup plus djent (bien que Singularity partait déjà pas mal dans ces contrées) et « emo » (là est le véritable changement !) qu’à l’accoutumée. Par ses riffs mi-saccadés/ mi-atmosphériques ou par les récurrents passages en chant clair de Bridge (Fitipaldes en usait aussi auparavant mais dans une moindre mesure), on a un peu de mal à reconnaitre les géniteurs du percutant Discoveries ayant permis de les faire connaitre en 2009 (et qu’il est loin le temps des tubes comme Dispossession !).

Basant désormais essentiellement son propos sur les atmosphères émotionnelles plus que sur la puissance qu’on leur connaissait, Northlane propose avec Node leur album le plus nuancé, le plus mélodique mais néanmoins le moins immédiat car moins « méchant/in your face ». Un changement de fusil d’épaule auquel il n’est pas évident de se faire aux premières écoutes, le groupe se rapprochant désormais davantage de l’optique « faux post-hardcore » d’In Hearts Wake (encore des compatriotes) grâce à ces envolées mélodiques un tantinet naïves sur les refrains (Obelisk, Node, Weightless), au trait souvent un peu trop forcé pour vraiment convaincre en dépit des indéniables qualités vocales du nouveau venu.

Rebutantes au premier abord, ces onze nouvelles compos laissent pourtant entrevoir de très bons moments au fil des écoutes (pendant Impulse ou Animate notamment), or ceux-ci ne parviennent malheureusement jamais à véritablement marquer l’esprit. Pas vraiment attendu dans cet univers plus mielleux (même s’il est contrasté de trop rares passages brOOtaux plutôt efficaces), Northlane a pris le parti d’intégrer un maximum de sensibilité à sa musique, ce qui marque une césure très (trop) importante avec ce qu’ils produisaient auparavant. Un nouveau visage peu évident à encaisser qui risque de diviser leurs fans.

  1. Soma
  2. Obelisk
  3. Node
  4. Ohm
  5. Nameless
  6. Rot
  7. Leech
  8. Impulse
  9. Weightless
  10. Ra
  11. Animate
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Florian says:

    Discoveries était en effet monstrueux…snif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *