Arcane Roots – Heaven & Earth (EP)

1 Commentaire      2 789
Style: Rock indé muscléAnnee de sortie: 2015Label: Sony Music

Après un EP prometteur et un album transformant largement l’essai, les anglais d’Arcane Roots reviennent cette année (et l’année prochaine avec un album entier normalement) avec un EP appelé Heaven & Earth. Et c’est peu dire que je l’attendais personnellement de pied ferme cet EP.

L’année 2015 étant décidément une belle année musicale, ce n’est encore pas ce coup-ci qu’on sera déçu malgré des attentes très élevées. Ce nouvel EP est monstrueux, comme l’était l’album sorti en 2013 et une bonne moitié de leur EP de 2011 en fait. Ces gars-là nous prouvent qu’ils ont un talent fou, et qu’ils savent aussi se distancer de leurs modèles évidents : Biffy Clyro, auxquels on est toujours néanmoins inévitablement obligés de les comparer (jusque dans la forme du groupe, un trio, avec un guitariste/chanteur barbu aux manettes).

La bonne nouvelle c’est que le groupe, tout en affichant toujours des ambitions (transformées) mélodiques, garde son muscle et son nerf. On retrouve ces circonvolutions math-rock qui les caractérisent même si elles se font tout de même assez rares et même des cris qu’Andrew n’utilisait plus sur leur premier album (voir « If Nothing Breaks, Nothing Moves »).

Mais le fond de l’affaire, ce qui fait d’Arcane Roots déjà un grand groupe, c’est d’abord un songwriting magistral, des passages accrocheurs à tous les étages qui ne sacrifient jamais la richesse, des compositions virevoltantes faites d’agressions et de passages plus planants à la limite du post-rock (ce superbe « Leaving » ou le changement d’ambiance de « Slow Dance ») , avec encore et toujours un Andrew époustouflant au chant. Comme c’était déjà le cas auparavant, on sait d’avance que son timbre aigu ne siéra pas à tout le monde, je suis bien placé pour en parler puisqu’aux premières écoutes de Blood Chemistry j’avais beaucoup de mal à accrocher à ce chant particulier. Une fois le venin actif, j’étais conquis, convaincu aussi que ce type est l’un des meilleurs chanteurs de rock actuels, doublé d’un bien bon guitariste.

Bref, inutile de dire que cet EP de 30 minutes tout de même (malgré un passage blanc avant la ghost track qui conclue « Vows & Ceremony ») est loin d’être un simple appetizer, mais bien un met de choix pour les amateurs de rock indé chiadé et musclé. En ce qui me concerne, impossible de départager cet EP et le précédent album, le niveau est le même, et vous l’avez compris il se situe dans le très haut du panier (encore une fois un bon cran au-dessus de ce que fait Biffy Clyro aujourd’hui, avec des compositions plus riches et travaillées). Incroyable de se dire qu’ils vont encore sortir un album dans quelques mois, la plupart des groupes auraient certainement choisi de garder ces 5 compos énormes pour l’album au lieu de cramer des cartouches de ce calibre comme ça. C’est dire la confiance qu’on est en droit d’avoir quant au niveau de ce futur album…

Tracklist :
1. If Nothing Breaks, Nothing Moves
2. When Did The Taste Leave Your Mouth
3. Leaving
4. Slow Dance
5. Vows & Ceremony

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. shaq says:

    Très bon EP même si je regrette les passages trop braillards, non pas que le braillard me fasse peur, mais ce n’est pas ce qu’ils font le mieux (l’affreuse impression d’entendre un millième groupe de machincore juvénile), en plus de tomber comme une enclume dans un bain moussant.
    Mis à part ça je retrouve avec plaisir ce groupe qui aura fait frémir mon été 2013, et j’attends l’album de pied ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *