Pigs – Wronger

Pas de commentaires      982
Style: noise-hardcoreAnnee de sortie: 2015Label: Solar Flare Records

Pigs est un trio monté par Dave Curran (bassiste d’Unsane ici à la guitare et au chant) et par le batteur Jim Paradise (Player’s Club, Freshkills, Hellno) rejoints ensuite par un certain Andrew Schneider, producteur de renom pour la crème de la scène hardcore et noise (Converge, Keelhaul, Cave In parmi d’autres). Après You Ruin Everything, premier album marquant autant par son grain que par son visuel, le super-trio noisecore est de retour avec ce Wronger.

Démarrant avec un hypnotique amas noisy histoire de montrer à qui on a affaire (A Great Blight), The Life In Pink prend le relai de cette insidieuse montée avec un titre râpeux mais à la mélodie prenante au milieu de ces sons distordus. Pas de grosse évolution notable en comparaison avec You Ruin Everything, Pigs continue de faire des titres bien fats à la saturation aussi réjouissante qu’exagérée. Preuve formelle dès le titre suivant Bet It All On Black, titre imparable pétri de dissonances jouissives.

La suite opère plus ou moins de la même manière, un noise-hardcore biberonné aux 90’s porté par une basse aussi grasse que la friteuse du kebab du coin, celle-ci éclaboussant les alentours de titres exaltés (Wrap It Up, Make Sure To Forget entre autres) tandis que d’autres suintent un peu plus tel un reste de sauce samouraï en lente décomposition (le morceau-titre ou le final Donnybrook, particulièrement mastoc). On retiendra aussi Bug Boy, morceau pendant lequel Curran s’éclipsera du micro à la faveur de la revenante Julie Christmas (bien silencieuse depuis la fin des activités de Made Out Of Babies et de Battle Of Mice). Un titre bien dans l’esprit de l’album pendant lequel la voix de Julie passe par tous les états (jusqu’à ne plus en pouvoir, à en juger par sa toux finale) tandis que basse et guitare se livrent un duel dissonant et que la batterie mitraille tout du long.

Pigs livre là un second album lourd et groovy à la fois grâce à la qualité de son son (de porc, cqfd). Un peu comme du Unsane mais en pas pareil, la nouvelle offrande de ce « supergroupe » n’offre pas de réelle nouveauté mais ne déçoit pas, un tapis de graillon aux vapeurs d’alcool et de clopes froides pour vos esgourdes.

  1. A Great Blight
  2. The Life In Pink
  3. Bet It All On Black
  4. Amateur Hour In Dick City
  5. Mope
  6. Wrap It Up
  7. Mouth Dump
  8. Make Sure To Forget
  9. Bug Boy
  10. Wronger
  11. Donnybrook

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *