Riwen – The Cold

Pas de commentaires      965
Style: hardcore méchant mais un peu atmoAnnee de sortie: 2015Label: Indie Recordings

Riwen, c’est le projet monté par Johannes Persson, guitariste/chanteur de Cult Of Luna, avec notamment des glandeurs de chez Totalt Jävla Mörker (dont on attend des nouvelles depuis maintenant six ans déjà, Söndra & Härska étant d’ailleurs l’une de mes premières chroniques ici) dans le but de jouer du vrai hardcore vénéneux dont les principales influences se nomment Integrity ou Judge. Une vision musicale donc bien éloignée des autres groupes de ces lascars….

On ressent ce feeling old school dès Crucifix qui nous gratifie d’un son de basse grésillant caractéristique (bassiste qui tire vraiment son épingle du jeu). La rythmique pépère punk à l’ancienne distillée par les suédois est simple et efficace, si bien que remuer son crâne se fait naturellement. Vocalement Persson sonne plus arraché que dans Cult Of Luna et sort déjà de paroles bien inspirées (le refrain I’ll turn the cross upside down vaut son pesant de cacahuètes). Les morceaux suivants donnent dans le même esprit, celui d’un hardcore vomi sur le sol d’un squat crust, s’offrant même un petit ralentissement sludge de derrière les fagots (Orcus).

Puis survient Daymares, interlude faite d’arpèges inquiétants, d’une onde oppressante et de samples vocaux. A partir de là Riwen semble avoir trouvé dans le dico les mots « nuance » et « mélodie » car Hades Trail se révèle une petite bombe de punk hardcore au refrain fédérateur avec ses harmonies, ensuite Stalking A Wounded Wolf donne du mid-tempo là encore très mélodique. Rebelotte encore avec The Curlew qui après son intro pleine de bruitages forestiers mélange donc la facette radicale avec ces passages atmosphériques bien épiques.

Étonnamment, Riwen fait ensuite la trêve de la sensiblerie sur les trois titres suivants, bien in your face avant de nous remettre une tournée d’entre-deux pour la conclusion Dödens Källa qui varie les tempos de manière bien insidieuse, allant même dans les parages du black metal.

Bref, un premier album (qui porte bien son nom) finalement un peu plus ouvert qu’annoncé, le hardcore sale issu des 90’s rencontrant les atmosphères crépusculaires berçant habituellement ses géniteurs du côté d’Umea. Un bon début.

  1. Crucifix
  2. The Blackest Blood
  3. Orcus
  4. Strife And Hate
  5. Daymares
  6. Hades Trail
  7. Stalking A Wounded Wolf
  8. The Curlew
  9. Rise Up
  10. I See War
  11. Voices Of Revolt
  12. Dödens Källa

Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *