This Gift is a Curse – All Hail the Swinelord

Pas de commentaires      1 578
Style: Blackened Hardcore/Sludge UltraviolentAnnee de sortie: 2015Label: Season of Mist

Une boucherie… Une furie proprement phénoménale. On a forcément l’habitude de rencontrer et écouter des albums très violents ou extrêmes mais il faudrait être instable ou franchement blasé (voire baisé de la tête) pour ne pas se laisser impressionner et reconnaître que ce nouvel album de This Gift is a Curse est probablement le truc le plus malsain et étouffant que vous pourrez entendre cette année.

Et pourtant… Plus digeste que le premier album qui était déjà bien perché et fascinant, ce All Hail the Swinelord réussit le pari a priori impossible de conjuguer un extrêmisme jusqu’au boutiste avec un sens de l’accroche impressionnant, en plus d’être au moins aussi réussi que son prédécesseur.

Les suédois mêlent toujours un hardcore bourrin à un post machin versant dans le sludge, alternant donc les séquences super violentes et « in your face » (« Swinelord », « New Temples » et un peu plus loin et dans une moindre mesure « Old Lies » et le début de « We Use Your Dead as Vessels ») avec d’autres beaucoup plus lourdes voire atmosphériques, qui font ralentir astucieusement le rythme cardiaque sans pour autant diminuer la tension, l’ambiance pesante et malsaine ne disparaissant jamais (écoutez donc le monstrueux et bien lourd « XI For I Am the Fire » avec ses superbes choeurs féminins qui rajoutent de la tension et de la beauté à la « chose », suivi du non moins heavy « Hanging Feet » qui fleure bon l’ambiance de mort). Jonas A. Holmberg, hurleur (il n’y a pas d’autre mot) en chef s’arrache les cordes vocales et vocifère d’une façon purement animale tant il semble ne plus rien subsister d’humain dans cette rage glaçante qu’il véhicule. Rarement a-t-on pu entendre un « chanteur » exprimer à ce point toute la haine et la laideur du monde. Les Celeste (malgré toute la qualité du groupe) et autres groupes de blackened hardcore qui pullulent peuvent aller se rhabiller tant ils ne sont pas de taille face au poids ultralourd qu’incarnent les suédois. On notera une tentative de chant clair (en suédois) d’abord surprenante (et de courte durée) sur le final de 11 minutes « Askradare », mais outre le fait que la prestation presque ritualiste et incantatoire soit finalement très réussie, on peut également comprendre que tout le monde (y compris la bête hurleuse derrière le micro) ait besoin de souffler un peu après les quelques 38 minutes de furie auditive qui se sont écoulées juste avant.

Problème quand même : l’album est tellement outrancier et « énervant » qu’on risque de ne pas le sortir très souvent. N’imaginez pas écouter cet album le soir, sauf si vous avez besoin de veiller toute la nuit. Mais pour les grandes occasions (messe noire, et autre cérémonie funeste) ou tout simplement en représailles pour vous venger de voisins invasifs, All Hail the Swinelord saura sans problème convaincre et marquer les esprits durablement.

Dérangeant, et fascinant une fois de plus.

Tracklist :
01. Swinelord
02. New Temples
03. Rites
04. XI : For I Am The Fire
05. Hanging Feet
06. Old Lies
07. We Use Your Dead As Vessels
08. Askrådare

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *