Totem Skin – Weltschmerz

Pas de commentaires      923
Style: blackened crusty screamoAnnee de sortie: 2015Label: Protagonist Records/Adagio 830/Halo Of FliesProducteur: Lewis Johns

 

Second véritable album pour Totem Skin après le très bon Still Water Runs Deep (je vous avais pour ma part déjà parlé d’eux au travers de leur excellent EP These Ghosts Are Haunting Our Halls) et surprise en découvrant cet artwork, faisant penser à un John Baizley (Baroness) au rabais (signé en réalité par Chris Panatier, qui est français). Une cover pas vraiment à mon goût qui ne fait que renforcer la claque provoquée par la première écoute de ce Weltschmerz (et le plaisir durant les suivantes).

Car Totem Skin signe là un album sacrément intense ! Le mélange des genres étant le credo du groupe suédois, celui-ci ne se prive pas pour nous en mettre plein la vue (ou plutôt les oreilles) dès l’introductif Always Ire. L’intro en arpèges est en effet trompeuse car ce titre envoie quelque chose ! Le blackened crusty screamo (oh et puis appelez-le comme vous voulez !) distillé par Totem Skin est toujours aussi virulent, mélangeant agression hardcore chaotique et sa version dark mais n’hésitant pas à passer par des écarts plus émotionnels comme sur le lancinant final, plus déchirant tu meurs (de tristesse).

Des ajouts mélodiques parsèment en effet ici et là ce nouvel album, souvent des ponts instrumentaux quasi post-rock loin d’être déplaisants (I De Blindas Rike Är Den Enögde Kung, conclusion où les atmosphères, plutôt tempérées, se succèdent jusqu’au retour du chant hargneux), tels des moments minimalistes qui se voient contrebalancés par de purs accès de violence devant autant au hardcore typique contenant son lot de moshparts (Longing Leans And Beckon) qu’au punk bien bas du front (The Mouth Of Man), en passant par le très black metal Pretend, à l’aura noire marquée par les blasts.

Prendre le risque de mixer des éléments venant de styles parfois presque aux antipodes peut s’avérer casse-gueule, or Totem Skin parvient à condenser son ouverture d’esprit au travers de sept nouveaux titres bien équilibrés malgré leur grande diversité. Violence exacerbée et émotions à fleur de peau, tel est le joyeux programme de ce Weltschmerz.

  1. Always Ire
  2. Longing Leans And Beckon
  3. Reckless Recluse
  4. The Mouth Of Man
  5. Pretend
  6. Distant Visitant
  7. I De Blindas Rike Är Den Enögde Kung

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *