Good Tiger – A Head Full of Moonlight

Pas de commentaires      967
Style: math rock/metal progAnnee de sortie: 2015

Good Tiger est un groupe ayant déboulé de façon impromptue il y a quelques mois, mais ses membres étaient loin de m’être inconnus, ce sont tous des types ayant participé à des groupes anglais et américains (The Faceless, Architects, The Safety Fire), manifestement entrés en contact lors de tournées ou tout simplement parce qu’ils apprécient leurs musiques respectives.

Toujours est-il que peu après l’annonce du split de The Safety Fire, groupe anglais de metal prog rapidement classés dans la mouvance djent, les 2 guitaristes du groupe annonçaient l’enregistrement d’un album sous le nom Good Tiger avec au micro Elliot Coleman, un gus dont j’entend parler depuis un bail car ayant chanté sur des morceaux de Periphery et Tesseract, et a d’ailleurs tourné avec ces 2 groupes pour dépanner un chanteur absent, mais qui n’avait jusqu’à maintenant pas trouvé sa place en tant que membre à part entière d’un groupe.

Il faut dire que Coleman a une voix des plus particulière, aux influences soul autant qu’emo, qui pourra irriter assez facilement certains, c’est une sorte de Jeff Buckley avec les intonations maniérées de Cedric période The Mars Volta et le registre de Daryl Palumbo de Glassjaw. Il peut aussi sortir des cris franchement bestiaux, le contraste étant saisissant.

Du son de The Safety Fire, Good Tiger garde le jeu de guitare complexes et entrelacé (inspiration Sikth oblige), ainsi qu’un son bien massif, mais la formule est plus directe et moins agressive. Moins bizarre aussi. Certains passages juste guitare/voix sont chargés en douceur, émotion et subtilité, et le single choisi est logiquement un « Where are the Birds », léger, groovy, dansant. La musique de ces 5 geeks n’en est pas pour autant toujours facile d’accès, ne rentre dans aucune case, le mélange des genres paraîtra même parfois d’un gout douteux. A Head Full of Moonlight est clairement ce que les anglophones appellent un « grower », une fois l’effet de surprise estompé et à condition de supporter la voix de Coleman, il y a assez de pépites sur ce premier album pour espérer le meilleur pour la suite.

01. GT 1 Where Are The Birds
02. Snake Oil
03. Enjoy The Rain
04. Paint What You See
05. Aspirations
06. Latchkey Kids
07. All Her Own Teeth
08. Understanding Silence
09. ’67 Pontiac Firebird

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *