Love Sex Machine – Asexual Anger

Pas de commentaires      1 750
Style: sludge/doomAnnee de sortie: 2016Label: Throatruiner Records/Lost Pilgrims RecordsProducteur: autoproduction

Après quatre ans de silence radio, les nordistes de Love Sex Machine refont leur apparition au sein de l’écurie Throatruiner (en partenariat avec Lost Pilgrims) et cette longue période de gestation ne les a pas calmés, loin de là. Avec le recul, je me trouve un peu trop dur dans ma chronique de leur premier album sorti en 2012, peut-être trop engoncé dans un mélange de styles très « à la mode » à l’époque, quoi qu’il soit le groupe n’a pas tellement évolué depuis et poursuit son annihilation de toute âme pure grâce à son sludge de l’enfer !

A l’image de sa cover fourmillant de détails (signée par les talentueux Fortifem), Asexual Anger continue donc sa recherche de laideur musicale avec ces huit nouveaux titres rampants. Les guitares sont accordées très bas, le vocaliste éructe toujours de manière très tranchante dans un registre quasi-black metal (de manière plutôt monocorde), le tout sur des rythmiques pas très élevées mais toutefois bien assez pour contribuer au processus de destruction entamé.

La production maison colle, que dis-je englue littéralement les compos dans un magma de chairs et de crasse, rendant le Love Sex Machine version 2016 comparable à un Thou qui aurait troqué ses accès lumineux contre un séjour prolongé dans les égouts les plus ténébreux qui soient, voire à un This Gift Is A Curse qui aurait oublié où se trouve la pédale d’accélération. Du coup, l’aspect répétitif et peu varié des structures que je reprochais un peu au premier album se retrouve complètement sur Asexual Anger, mais mis au service d’une ambiance aussi oppressante que mortifère, on ne leur en tiendra donc pas trop rigueur cette fois.

Hypnotisant par sa maitrise du gros riff au groove pataud et aux mélodies (oui, car il y en a, et certaines mémorables comme pendant la conclusion « Silent Duck », pourtant la plus brutale vocalement parlant) dévastant tout sur leur passage, ce nouvel album de Love Sex Machine est tout aussi rugueux et difficile à appréhender que son prédécesseur. Mais c’est bien ainsi que se doit d’être tout album de sludge, retour réussi pour Love Sex Machine et son nouveau monstre.

  1. Asexual Anger
  2. Drone Syndrome
  3. Black Mountain
  4. Aujeszky
  5. Devolution
  6. Atrocity
  7. Infernal Spiral
  8. Silent Duck

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *