Old Skin – Beneath The Trees

Pas de commentaires      1 408
Style: sludge-math-coreAnnee de sortie: 2015Label: autoproductionProducteur: Joe Clayton

Il y a des décisions parfois incompréhensibles, celle d’Old Skin par exemple de cesser ses activités tout en sortant un premier album qui aurait pu les propulser dans une autre dimension… Formé en 2013 du côté de Manchester, Old Skin a en effet été l’une des dernières chouettes révélations de 2015 avec son Beneath The Trees. Deux ans d’existence et un feu d’artifice final du genre bien gras en guise de testament (car sorti en même temps que l’annonce de leur split)…

Car ce Beneath The Trees montrait clairement un véritable bond en avant pour les anglais. Leur gros hardcore à son ultra maousse costaud était la preuve que les comparaisons un brin insistantes sur leurs ressemblances avec Converge (à leurs débuts) n’avaient aujourd’hui plus lieu d’être. Tout d’abord au niveau de la voix, celle-ci est impressionnante de profondeur, monstrueusement rocailleuse, s’inscrivant plus franchement dans les environs d’un Coalesce, d’un Engineer ou encore d’un Swarm Of The Lotus.

Derrière cette voix, la rythmique nous gratifie d’une mixture de hardcore à tendance parfois chaotique et de sludge écrasant allant de pair avec le saindoux poisseux vomi par le vocaliste. Le propos est donc très sombre, n’hésitant pas à engloutir l’espace en jouant avec le doom (« Spoil », « Bury Me ») pour mieux surprendre lors d’inouïs déversements de fureur à l’aura carrément grindcore (« Dead And Gone » ou « Tens Upon Tens »). Un mélange d’influences très opposées mais dont la prise en main par les mancuniens est fort convaincante, redoutable quel que soit le tempo. Un album massif qui aurait mérité une suite du même tonneau en guise de confirmation, il n’en sera malheureusement rien… RIF (Rest In Fat).

  1. Deadfall
  2. Falling Voice
  3. Antibes
  4. Beneath The Trees
  5. Dead And Gone
  6. Spoil
  7. Heartworm
  8. By The Wayside
  9. Tens Upon Tens
  10. Bury Me

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *