Plebeian Grandstand – False Highs, True Lows

Pas de commentaires      1 518
Style: black metal orthodoxeAnnee de sortie: 2016Label: Throatruiner Records/Basement Apes IndustriesProducteur: Amaury Sauvé

Si Lowgazers (2014) avait mis du temps pour me convaincre, la bascule du hardcore chaotique vers le black metal ayant rendu le second album de Plebeian Grandstand bien difficile à apprivoiser, ce False Highs, True Lows poursuit deux ans plus tard cette exploration de « l’art noir » en occultant (presque) tout son passif hardcore. Une suite de l’évolution des toulousains les plaçant désormais en tête de gondole du black metal made in France.

Car ce nouvel album nous plonge dans une vision du black metal orthodoxe pas très éloignée d’un Deathspell Omega. Une fois que les trompettes (de la mort) de « Mal du Siècle » se taisent, Plebeian Granstand appuie sur le champignon (désolé) et installe avec « Low Empire » une ambiance glaciale blindée de dissonances, de blasts hypnotiques accompagnant cette voix hargneuse et ces riffs de guitares oppressants, tournoyants dans un vortex inextricable (ouais, pire que la forêt de Koh Lanta).

La violence déversée par Plebeian Grandstand est une nouvelle fois inouïe, tout vole en éclat, les structures comme les émotions (conservant à ce niveau leur affection pour le mathcore de leurs débuts), installant ce malaise palpable qu’on leur connait mais désormais couplé à cette ambiance particulière, développant un paysage complexe où le chaos le plus opaque rencontre cette atmosphère religieuse.

Le sentiment d’extrême agressivité reste constant tout au long de cet album, même lors de l’interlude drone « Mineral Tears » ou pendant « Tame The Shapes », titre instrumental à part car quasi sludge/doom. Celui-ci servant de longue intro à la méchante conclusion « Eros Culture », terminant ce nouvel album dans un maelström de blasts, de voix multiples, chuchotées, scandées mais le plus souvent arrachées et de riffs épileptiques s’arrêtant net, tout comme la tension à vif créée pendant les sept titres le précédant. Avec son nouveau rouleau-compresseur de dissonances on ne peut plus vicieuses, le groupe toulousain franchit une nouvelle étape dans la douleur, mais c’est tellement bon de se faire du mal !

  1. Mal Du Siècle
  2. Low Empire
  3. Tributes And Oblivions
  4. Volition
  5. Mineral Tears
  6. Oculi Lac
  7. Tame The Shapes
  8. Eros Culture

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *