Textures – Phenotype

Pas de commentaires      1 283
Style: metal progressif extremeAnnee de sortie: 2016Label: Nuclear Blast

Phenotype est déjà le 5ème album des hollandais Textures, désormais bien établis comme tètes d’affiche de la scène metal prog. 5 ans pourtant qu’est sorti Dualism, album qui proposait un certain apaisement de leur musique, qui cependant a toujours été positionnée dans la branche la plus extrême du metal prog. Sur Phenotype, le groupe revient à un son plus agressif, rappelant parfois leur premier album, le passage typé thrash de « Shaping a Single Grain of Sand » est caractéristique, on n’en trouvait plus depuis Polars.

Plus vraiment d’influences directes de Meshuggah par contre, le groupe auquel Textures était perpétuellement comparé à leurs débuts. Leur metal progressif surburné est plus proche d’un Strapping Young Lad, la face la plus rythmique et mécanique de leur musique prédomine dans les saccades acérées de « Oceans Collide » ou « Erosion ».

De ce fait, je trouve un peu dommage que Textures ait en général abandonné tout feeling jazzy – je regrette le sublime « Touching the Absolute » de Drawing Circles. Sur Phenotype, il n’y a guère que le morceau “New Horizons” qui mette en avant leur facette la plus mélodique, avec une ligne de chant bien marquante. C’est clairement pour moi la réussite de l’album, un morceau épique conjuguant mélodies épiques et riffs hyper groovy. Le reste de l’album est de bonne facture mais forme un tout un peu court qui pâtit en comparaison aux précédents albums du groupe. Les 2 albums enregistrés avec Eric Kalsbeek restent les plus réussis du groupe (Drawing Circles, Silhouettes) mais Daniël de Jongh n’est pas à mettre en cause, il a repris le micro avec brio et le chant est surement ce qui sort du lot, secondé de près par le jeu de batterie hallucinant de Stef Broks.

Si l’album comprend 9 plages, l’une est un solo de batterie -particulièrement réussi-, l’autre une pièce de 3 minutes de claviers façon musique de film assez longuette servant d’intro au titre suivant. Du coup 7 vrais morceaux seulement ça fait un peu léger. Un autre album semble prévu pour 2017, le groupe a peut-être estimé qu’il valait mieux sortir 2 albums courts successivement.
Petite déception avec ce nouvel album mais Textures reste une valeur sure et j’ai bien hâte d’écouter dans un an cet album qui se nommera Genotype et qui permettra peut-être d’intégrer Phenotype dans une sorte de double album.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *