Astronoid – Air

3 Commentaires      2 407
Style: dream thrashAnnee de sortie: 2016Label: Blood Music

« Dream thrash ». Je crois que là on est bon pour le genre le plus farfelu lu depuis un bail. Et pourtant en se lançant dans l’écoute de ce Air, c’est bel et bien ce qu’on entend. Astronoid est un groupe formé il y a quatre ans à Groveland, Massachussetts, ayant déjà sorti deux EPs auparavant (Stargazer et November) qui ont apparemment reçu un très bon accueil. Bon alors kezako le dream thrash ?

Astronoid possède un champ d’influences extrêmement large, le groupe citant dans sa bio Alcest, Devin Townsend, Deafheaven ou encore Dragonforce. Une liste très variée dont on retrouve étonnamment des réminiscences de chacun de ces groupes dans leur musique. Plus précisément, la musique du groupe se veut atmosphérique, très aérienne, principalement au niveau de la voix, assez haut perchée (et qui se trouve être un sujet de débat entre « les pros et les anti »). De l’autre côté les rythmiques oscillent entre moments planants façon shoegaze et attaques (très) techniques thrashisantes. Du coup l’appellation « dream thrash », bien que semblant fantaisiste, n’est absolument pas galvaudée.

C’est dans une atmosphère totalement sereine que démarre cet album. « Incandescent » débute de manière instrumentale puis la voix angélique de Brett Boland débarque, fragile et touchante sur ce premier titre rappelant pas mal Alcest (il en sera de même pendant « Resin »). Le contraste avec « Up And Atom » est saisissant, la rythmique démarrant aux antipodes, de manière très rapide et technique (ça shredde même à plusieurs reprises). La mélodie chantée fait un peu grincer des dents au premier abord, semblant trop niaise pour ce genre de rythmique, or quelques écoutes plus tard, cette sensation a tendance à disparaitre même si ce titre manque un peu de surprise.

Ce premier album possède d’excellents passages tels que l’émotionnel « Homesick » à la mélodie rappelant sensiblement un Sleeping With Sirens qui se serait mis au shoegaze ou encore le morceau-titre « Air », très puissant et aux mélodies très poignantes. Les autres titres ne sont pas en reste, jouant sur les harmonies et déjouant l’agressivité de nombreuses rythmiques (le blast étant très récurrent) par des envolées célestes qui, même si elles ne font pas toutes l’effet recherché (celui d’une transe totale), tout ça se révèle très agréable (oui, même le vocodeur pendant « Violence »).

Air est un très surprenant trip ne ressemblant à aucun autre. Un temps d’adaptation est tout de même nécessaire pour se faire à cette voix si spéciale. Une fois apprivoisée, il ne reste qu’à se laisser porter par ce dream thrash mettant côte à côte moments éthérés et moments épiques. Une jolie découverte et un bon bol d’Air.

  1. Incandescent
  2. Up And Atom
  3. Resin
  4. Violence
  5. Homesick
  6. Tin Foil Hats
  7. Air
  8. Obsolete
  9. Trail Of Sulfur
beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

3 Commentaires

  1. B. says:

    Un gros soupçon de Cloudkicker.

  2. Shaq says:

    Cool, j’avais beaucoup aimé leur EP Stargazer, je ne manquerai pas d’écouter cette nouvelle galette !

  3. jonben jonben says:

    Curieux effectivement. Ça doit être complètement différent sur scène, beaucoup plus bourrin vu le batteur au jeu hyper chargé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *