Gadget – The Great Destroyer

Pas de commentaires      931
Style: grindcoreAnnee de sortie: 2016Label: Relapse Records

Déjà dix ans que Gadget avait disparu de tous les radars, dix ans que le surpuissant The Funeral March attendait un petit frère… (bon d’accord pas tout à fait, ils ont notamment sorti un split avec Phobia entretemps) Mais ça y est, les suédois ont enfin décidé de s’y remettre vraiment et, comme si le temps ne s’était pas écoulé, The Great Destroyer prouve que son nom lui était prédestiné.

Car ce nouvel album est une sacrée boucherie ! Même pas une demi-heure de son pour 17 titres (sachant que le dernier d’entre eux culmine à 5 minutes 30), ça veut bien dire ce que ça veut dire: Gadget joue comme à son habitude du grindcore qui attaque sans sommation dès « Enemies Of Reason »: riffs qui avoinent à toute berzingue, blasts assassins et un hurleur qui éructe sans discontinuer.

Vu comme ça, c’est la description basique d’un album de grind lui aussi basique. Pourtant Gadget possède toujours son « petit plus », ce son de guitare caractéristique souvent franchement épique rendant nombre de ces titres vraiment accrocheurs. Une véritable fraicheur qui rapproche une fois de plus les suédois de leurs illustres compatriotes Nasum. Entre ses quelques baisses de tempo simplement jouissives (« The Great Destroyer », « In The Name Of Suffering », le final de « Dedication », ou celui quasi postcore de « I Don’t Need You/Dead And Gone ») et ces attaques ultra brutales (même Barney de Napalm Death n’en revient pas, il apparait pendant les 38 petites secondes de « Violent Hours (For A Veiled Awakening) », bon ok elles font elles aussi très mal !), ce troisième album évite brillamment toute monotonie, chose réellement peu aisée dans le style.

Bref, une frénétique tornade de brutalité (mais plus subtile qu’elle ne parait !) laissant à penser que Gadget souhaite rattraper tout le temps perdu (mais paradoxalement sans en perdre sur cet album, beaucoup trop court pour un tel retour !). Alors maintenant quoi ? Vite une suite ou comme dit le poète Patrick B., « on s’dit rendez-vous dans dix ans… » ?

  1. Enemies Of Reason
  2. Känslan (Post Patch Anxiety)
  3. Pillars Of Filth
  4. Choice Of A Lost Generation
  5. From Graduation To Devastation
  6. Dedication
  7. Violent Hours (For A Veiled Awakening)
  8. The 02666 Heritage
  9. The Great Destroyer
  10. Down And Out
  11. In The Name Of Suffering
  12. Lost On A Straight Path
  13. Forsaken
  14. Collapse
  15. The Lack Of Humanity
  16. Svart Hal
  17. I Don’t Need You/Dead And Gone

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *