Grey Aura – Waerachtighe Beschryvinghe Van drie Seylagien, Ter Werelt Noyt Soo Vreemt Ghehoort

Pas de commentaires      623
Style: black metal atmosphériqueAnnee de sortie: 2016Label: Blood Music

Waerachtighe beschryvinghe van drie seylagien, ter werelt noyt soo vreemt ghehoort (à vos souhaits) est le premier album de Grey Aura. Sorti une première fois indépendamment en 2014, Blood Music, label ayant le vent en poupe en ce moment (Perturbator, Astronoid…), profite de sa nouvelle notoriété pour faire découvrir ce duo néerlandais atypique à un plus large public.

Ce mystérieux premier long-format (au titre que même Google trad ne comprend pas) est un concept-album inspiré par la vie de Willem Barentsz (oui, la mer du même nom, c’est lui), explorateur hollandais du XVIe siècle dont l’épopée maritime fut très mouvementée, il est mort lors de son troisième voyage alors que l’un de ses navires était bloqué par la glace, au large de la Nouvelle-Zembie (Russie). Une vie au destin riche et tragique qui a donc donné l’idée de cet album au duo Tjebbe Broek/Ruben Wijlacker, multi-instrumentistes qui tendent à nous immerger dans une époque grâce à une atmosphère travaillée presque cinématographique dès l’intro.

« Nar Het Noorden » nous plonge ensuite dans un black metal très riche, très raw d’un côté (grâce à sa production notamment) mais très mélodique en même temps, avec quelques tremolos façon Krallice et une atmosphère froide (on navigue du côté de l’Arctique) mais envoutante rappelant les premiers Lunar Aurora, Emperor voire Nagelfar lors de certains passages plus épiques. Le voyage se poursuit ensuite sous les mêmes auspices, ponctué de bruitages (de bateau, de vent glacial…) nous mettant dans l’ambiance et de passages théâtraux (et là on regrette vraiment de ne pas avoir pris LV2 néerlandais au collège car ça a l’air passionnant, les intonations des acteurs semblant parfaitement coller à la dramaturgie), aussi le piano apparait plus souvent lors de ces interludes, puis parfois dans certains titres tels que « De Kust Van Nova Zembia » pour un petit côté sympho à l’ancienne pas dégueu du tout.

La croisière fut longue et éprouvante, ce (double) album l’est aussi. Pas loin d’une heure et demi d’une expérience unique en son genre et pourtant le black metal maritime de Grey Aura ne sonne jamais bateau même s’il en parle beaucoup. Il y a toujours beaucoup de variations et de trouvailles, et malgré quelques petites longueurs, on demeure captivé par ces aventures. On obtient au final un album « épopée maritime » ultra original repoussant les limites du genre black metal en nous en offrant une nouvelle lecture. Bienvenue à bord !

  1. Introductie
  2. Naat Net Noorden
  3. Bereneiland
  4. Keerwijck
  5. Tweestrijd
  6. De Wind Blies
  7. Kruiseiland
  8. De Kust Van Nova Zembia
  9. Een Bevriezende Zee
  10. Tussenspel I – Vorst
  11. Het Behouden Huys
  12. Monotonie En Isolatie
  13. Winterkou
  14. Bedrog
  15. Tussenspel II – Een Open Zee
  16. IJshoek
  17. Ziekte
  18. Nu Alle Troost Ontbrak

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *