Dead Ficus – Rise Or Fall

Pas de commentaires      1 007
Style: melodeath atmosphériqueAnnee de sortie: 2016Label: autoproduction

Les amateurs l’auront remarqué, le melodeath à la scandinave ne fait plus franchement recette, le grand public lui ayant préféré le metalcore/deathcore (pour la plupart) depuis (et encore, cette tendance semble elle aussi en déclin… alala les modes…). Dead Ficus est un jeune groupe strasbourgeois qui apparaît aujourd’hui avec un premier album qui tend à un peu mélanger ces deux tendances, un album qui aurait très bien pu sortir il y a 15 ou 20 ans, au moment de l’effervescence autour de groupes tels que In Flames ou Soilwork.

Car chez Dead Ficus, c’est surtout le melodeath à la suédoise qui domine les débats. Au sein d’un tempo général (curieusement) jamais trop enlevé, les six strasbourgeois délivrent un Rise Or Fall qui saura réveiller la fibre nostalgique des amateurs de la grande époque grâce à des riffs entraînants baignant dans une atmosphère singulière, plutôt mélancolique grâce à une forte présence des claviers. On sent bien que le groupe a souhaité condenser ses influences, melodeath certes, mais aussi du côté du metal atmo/goth façon Amorphis ou Paradise Lost.

Quant au côté hardcore, il vient du chant de Sax qui éructe de manière assez monocorde, s’il remplit bien son rôle au niveau de l’agressivité, il manque tout de même un peu de variations pour complètement captiver. Une homogénéité que l’on retrouve du côté de ses camarades de jeu, dont les qualités mélodiques sont pourtant déjà indéniables. Il manque juste un surplus d’énergie qui aurait permis un peu plus de relief à des compos paraissant ici globalement un peu trop sages.

En dépit de ces petits défauts de jeunesse, ce Rise Or Fall se révèle parfois bien efficace, que ce soit pendant les titres les plus aventureux (« Seven Billion Graves » comprenant quelques changements rythmiques intéressants) ou les plus « calmes » en apparence (le « doux mais pas trop » « Memento Mori » ou le surprenant « Undying Dream » pendant lequel une invitée (Marina Swan) nous gratifie de son chant sensible en guise d’intro pour enchaîner sur l’un des titres les plus épiques de l’album, une piste à peut-être explorer à l’avenir).

Bref, un premier album honnête et à l’identité déjà marquée, entre puissance et sensibilité, et bénéficiant d’une production maison de très bonne qualité. Maintenant reste à Dead Ficus à corriger ces petits défauts dont je parlais plus tôt: de peut-être un peu plus marquer les contrastes, d’oser apporter ce petit grain de folie qui lui manque un peu aujourd’hui. Un ficus qu’on espère voir renaître et grandir.

  1. Black Holes
  2. Between The Lies
  3. Rise Or Fall
  4. Seven Billion Graves
  5. Memento Mori
  6. Secrets And Illusions
  7. No Shining Way
  8. Burden Of Life
  9. Undying Dream
  10. Into Your Black Chapter

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *