Karcavul – Intersaone

Pas de commentaires      1 099
Style: sludge/death/black nauséeuxAnnee de sortie: 2016Label: Sentient Ruin/Crustatombe/Deaf Death Husky/Et mon cul c'est du tofu/No Way Asso/Repulsive Medias... Producteur: autoproduction

Une petite natation dans les eaux de la Saône commentée par Pierre Bellemare himself, ça vous branche ? Dit comme ça, ça ressemble à une partie de kamoulox mais c’est bien ce que renferme ce Intersaone, premier long-format du trio lyonnais Karcavul (faisant suite à une démo et un split avec UHL). Nous avons donc affaire ici à une croisière champêtre que nous offre le groupe, pleine de réjouissances sonores dans un cadre bucoliq… Comment ça c’est tout le contraire ?!

N’étant pas lyonnais, je ne sais pas trop dans quel état est la Saône là-bas mais d’après ce qu’Intersaone nous fait entendre, tout ne semble que puanteur et bouillasse incolore. La musique du trio s’inspire donc de ces eaux cracras et y joint donc quelques extraits d’émissions criminelles de Bellemare, décrivant notamment un meurtre pendant « Illuminaschichs » (quel titre !). Le décor ultra malsain ainsi planté, Karcavul y adjoint un conglomérat d’influences « métalliques » plutôt variées, mais toutes aussi lourdes que crasseuses.

Intersaone, ce sont donc trois titres mélangeant sludge/doom, black et death metal dans un shaker rouillé récupéré dans les eaux croupies de la rivière dont ils nous chantent les louanges. Tel un cadavre jeté à la flotte, on vogue donc selon les courants: parfois rapide grâce à la proximité des sorties d’égouts (oui, ça fait des remous) et aux jets de cailloux et autres bouteilles vides par les clodos du coin (personnifié par de nombreux blasts sur fond de rugissements morbides). Puis parfois c’est tout l’inverse, plus lentement, les riffs traînant plus nonchalamment, la faute à quelques obstacles sur le chemin, des branches ou bien des pneus permettant aux passants de voir le corps flotter, au point de faire hurler de terreur quelques jeunes riveraines (le final d' »Illuminaschichs »).

Le name-dropping de la page Bandcamp correspond plutôt bien à la mixture proposée par les lyonnais, les groupes cités synthétisant parfaitement l’alliance lourde et malsaine de Noothgrush, Eyehategod, Coffins ou des débuts de Dragged Into Sunlight, tout ça avec une surenchère dans la saleté. Pour le coup on en regrette de ne pas avoir cet album en odorama ! Bref, un concept-album dérangeant, ultra glauque mais auquel on reste accroché comme on peut l’être quand l’ami Pierrot nous raconte ses histoires criminelles extraordinaires.

« Une bonne croisière automnale sur la Saône, c’est-y pas une merveilleuse idée cadeau, pas vrai ma ptite Maryse, alors n’attendez plus et rendez-vous dès maintenant sur le 36 15 TF1 ! »

  1. Mangepierres
  2. Illuminaschichs
  3. Crackleurres

Bandcamp

beunz
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *