Above This Fire – S/T

Pas de commentaires      973
Style: hardcore (mélodique)Annee de sortie: 2016Label: Forest City RecordsProducteur: Dave Platek

Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, Above This Fire n’est pas mort ! Huit ans de silence, ça fait pourtant long et entre-temps le petit monde du hardcore mélodique a connu une belle effervescence. Le groupe de Cleveland auteur de le très bon In Perspective (2005) revient donc faire un peu de bruit, toujours habité par la même passion.

En effet, Above This Fire n’a pas du tout fait évoluer son hardcore, mi-in your face, mi-émotionnel. Les cris d’Andy Hoffman, toujours sur la brèche et très expressifs, sont le fil rouge de ce nouvel album sans titre, rage et douleur se côtoyant avec le même aplomb qu’aux débuts du groupe. Derrière lui, ses trois comparses ne sont pas avares en variations, qu’elles soient mélodiques ou plus nerveuses. Il plane en tous cas sur cet album un sentiment à part si l’on prend en compte la nouvelle génération menée par les Touché Amoré et autres More Than Life. Ici point d’envie de faire chialer dans les chaumières, les attaques sont ont beau contenir bien des émotions, on reste constamment dans le frontal via un côté « débuts du metalcore » dont on n’avait plus l’habitude ces dernières années.

Bref, le comeback d’un groupe n’ayant jamais eu l’exposition qu’il mérite et qui reprend les affaires exactement où il les avait laissées (avec artwork signé Derek Hess, comme à la bonne époque). Du coup ce nouvel album parlera sûrement plus aux amateurs de Snapcase et de Verse qu’à ceux de la mouvance actuelle du genre s’orientant davantage vers le screamo. Mais sait-on jamais, ces derniers pourraient bien être conquis par le retour de ces « vieux briscards » (quinze ans d’existence mine de rien), signant là un album de hardcore plus qu’honnête.

  1. Enemy Lines
  2. Reflection Eternal
  3. The Lake Effect
  4. Counterfeit Blueprints
  5. Dead Languages
  6. Cancelled Flights
  7. Broken Crowns, Crooked Kings
  8. Zero

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *