The Brave – Epoch

Pas de commentaires      594
Style: post-hardcore/metalcoreAnnee de sortie: 2016Label: UNFD

Bring Me The Horizon est un groupe qui a évolué avec son époque. De ses débuts Myspace-deathcore, la bande à Oli Sykes a ensuite muté vers un hardcore/metal plus ouvert sur les parties mélodiques au point de carrément virer ensuite dans une direction plus pop, re-au point même d’ajouter des parties electro sur leur dernier album. Pourquoi je parle de Bring Me The Horizon alors que cette chronique n’est pas de ce groupe ? Tout simplement parce que The Brave semble tellement admirer le groupe anglais qu’il nous en livre une version copie quasi conforme…

« Searchlights », le titre d’ouverture de ce Epoch (accessoirement premier single), est en effet la preuve directe que les australiens sont sous cette influence. Du chant (crié/chanté avec un timbre très similaire à celui de Sykes) aux rythmiques et à la mélodie principale, impossible de ne pas faire le lien. La flagrante ressemblance donne un mauvais pressentiment en attendant la suite de l’album, cette influence apparaîtra pourtant avec parcimonie sur les titres suivants, ces derniers mêlant ces mélodies (souvent surplombées de synthés afin de toper dans l’épique… enfin essayer du moins) avec des couplets plus rugueux avec force moshparts. Ce qui ne respire toujours pas l’originalité et qui donne au final plus l’impression d’écouter The Word Alive ou The Devil Wears Prada (« Eclipse » ou encore « Escape »).

En dépit des défauts cités précédemment, Epoch fait pourtant souvent preuve d’une belle efficacité, l’imposante production y est certainement pour quelque chose, de même que la plupart des couplets, plutôt solides dans leur genre. Restent ces sempiternels refrains « emoïsants » qui, sans être totalement repoussants, ne confèrent pas vraiment l’accroche escomptée, de même lorsque l’agressivité est majoritairement mise de côté (le plutôt mièvre « 1945 »).

Restent au final quelques gros riffs appréciables et quelques mélodies un poil plus marquantes que les autres (« Searchlights, qui est quand même très efficace, ou encore « Dreamless » qui voit la participation du chanteur de Northlane). Mais dans l’ensemble, on reste dans du calibré/surproduit, du post-hardcore « à l’australienne » façon UNFD qui ravira uniquement les aficionados du label.

  1. Searchlights
  2. Break Free
  3. Eclipse
  4. Dreamless
  5. Ignited Youth
  6. 1945
  7. Escape
  8. Undone
  9. Epoch
  10. Legacy
  11. Slipping Away
beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *