Diploid – Is God Up There?

Pas de commentaires      1 591
Style: hardcore/screamo/noiseAnnee de sortie: 2016Label: Art As Catharsis/Life.Lair.Regret Records

Si vous êtes amateurs de découvertes de groupes originaux made in Australia, vous vous devez de vous pencher sur Art As Catharsis, label qui s’impose sans bruit depuis quelques années, ayant permis les sorties de groupes de haute qualité dans des styles très divers tels que Serious Beak (expérimental/post/prog), We Lost The Sea (post-rock), Dumbsaint (post-metal) ou encore Siberian Hell Sounds (chaoscore/powerviolence) et le groupe qui nous intéresse aujourd’hui: Diploid.

Diploid n’est pas un tout nouveau venu, le groupe ayant sorti son premier EP en 2012, de nombreux autres ont suivi derrière, notamment un split avec les excellent Coma Regalia. Les connaisseurs de ces derniers les auront situés au niveau du style pratiqué (enfin même les autres vu que c’est écrit en haut de cette chronique), c’est bien dans le screamo qu’évolue Diploid. Un screamo tout personnel puisque le trio de Melbourne y colle deux voix, celle de la guitariste Mariam Benjemaa dans le genre stridente et arrachée tandis que le bassiste Reece Prain est dans des vocalises plus rauques (les deux joutant avec aisance, complémentarité et efficacité).

La plupart des compos de ce Is God Up There?, premier long-format pour Diploid, conserve leur goût pour les attaques frénétiques, entre emoviolence héritée chez les Tristan Tzara/Louise Cyphre et version boostée plus proche de la powerviolence (quelques réminiscences de cette scène, tels que des attaques façon CombatWoundedVeteran qui viennent ça et là). Le groupe reprend à sa sauce une vision du hardcore tendue et nerveuse et y incorpore sa touche perso, notamment ces éléments noise qui parsèment cet album (la fin de « I Don’t Remember Your Face Anymore » par exemple). Un parti pris qui décuple là l’effet de tension continue (qui fonctionne aussi grâce aux nombreux larsens) et qui matche idéalement avec ces courtes compos chaotiques qui ne lésinent pourtant pas sur les mélodies, apportant un peu de tragique au tableau. On notera aussi le goût de Diploid pour les enregistrements (plutôt mystérieux) qu’on retrouve pendant « People Like Hayley » ou en fin d’album pendant 3/4 d’heure (!).

Affublé d’une cover très originale, ce Is God Up There? permet la découverte d’un nouveau groupe australien reprenant le screamo dans ce qu’il a d’originel, rageur et désespéré, tout en se permettant quelques libertés et expérimentations. Très chouette découverte.

  1. Doomed From The Start
  2. Barrels
  3. Wuornos
  4. The Mother
  5. People Like Hayley
  6. Until I’m More
  7. In The Toybox
  8. Corrections
  9. I Don’t Remember Your Face Anymore
  10. Hidden From The Sun
  11. Is God Up There?

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *