Street Sects – End Position

Pas de commentaires      1 093
Style: indus/punkAnnee de sortie: 2016Label: The Flenser

Après deux EPs (Gentrification I et II), les texans Street Sects ont attiré l’œil (via des artworks originaux, très BD alternative dans l’âme) et les oreilles du public et du très bon label The Flenser (Have A Nice Life, Sannhet…), structure sur laquelle sort End Position, premier long-format du duo Leo Ashline/Shaun Ringsmuth.

Street Sects joue du punk mais ne possède pas de guitare à exploser en fin de concert. Le duo la joue en effet digital/indus histoire de se mettre encore plus en marge du mouvement originel. Les rythmiques bardées de samples sont massives et agressives, créant souvent une déferlante noisy peu commune (on pense, entre autres, parfois à Alec Empire, parfois à Death Grips). Souvent décousus, ces dix titres nous entraînent dans une sphère de violence urbaine suffocante grâce à une chouette gestion de la saturation sonore. Ainsi Street Sects crée un univers où le malaise est continuel, où les mélodies vocales les plus évidentes se voient passées à tabac par ces distorsions sonores (« Featherweight Hate », pourtant sûrement le titre le plus facile d’accès vocalement parlant), où la paranoïa guette à tout instant derrière cet imposant mur sonore.

L’écoute de ce End Position est au final très éprouvante, ne donnant pas vraiment envie de traîner ses guêtres dans ces rues mal famées. Mais le cocktail de drogues distillé ici est si puissant qu’il en vient à fasciner après nous avoir collé une belle peur. Si le punk n’a toujours pas de futur, Street Sects en représente pourtant une version évoluée où la froideur clinique des machines va de pair avec la violence âcre de la voix. Une expérience sonore surprenante.

  1. And I Grew Into Ribbons
  2. Copper In The Slots
  3. In Defense Of Resentment
  4. Featherweight Hate
  5. Our Lesions
  6. Victims Of Nostalgia
  7. Black Din
  8. Feigning Familiarity
  9. Collared, Kept
  10. If This Is What Passes For Living

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *