Corbeaux – Kind Words

Pas de commentaires      981
Style: noise/post-math-rockAnnee de sortie: 2016Label: Vox Project/Ideal CrashProducteur: Amaury Sauvé

Parés de leur plumage noir, les volatiles bretons sont de retour, deux ans après le très bon Hit The Head que j’avais chroniqué à l’époque. Kind Words poursuit son chemin mais parvient à se renouveler en intégrant davantage d’éléments noise, math-rock et (surtout) du chant à leur post-rock. Une évolution renouvelant par la même occasion l’identité sonore de Corbeaux.

Alors certes, les parties apaisées se font plus rares sur ce Kind Words, Corbeaux semblant vouloir privilégier les passages plus énergiques, englobés d’un son distordu puissant (une fois de plus fruit du travail d’Amaury Sauvé), mais ce parti pris sied parfaitement à ce nouvel album. Beaucoup plus embrumé que ne pouvait l’être Hit The Head, Kind Words installe un climat plus sombre allié à une énergie décuplée à l’image de l’introductif « Corpse Pose », reprise d’Unwound pendant laquelle on a la surprise de découvrir une voix charismatique sur fond de riffs complexes mais entraînants (avant une seconde partie instrumentale). Une étonnante entrée en matière qui va se poursuivre avec le diptyque « Old Tired Horse »/ »Old Dying Horse », le premier démarrant de manière très lugubre, puis laissant apparaître quelques spoken words avant d’exploser via des riffs noisy (et avec un retour de la voix, un peu comme si Unsane s’était mis au math-rock). « Old Dying Horse » s’inscrit quant à lui comme le pendant post-rock de ce titre. Totalement instrumental, il marque par sa lente montée en puissance et son atmosphère entre fracas et sérénité.

La suite est toujours au bord de la rupture, le chant rageur prend de l’espace mais ces riffs torturés continuent de mener les débats (« The Light Has a Voice » ou comment l’écho de la guitare malmenée recouvre peu à peu tout le reste avant de stopper net). Bref énormément d’inattendu dans ce nouvel album, Corbeaux intégrant tour à tour du hardcore arraché (le final de « Helena Markos »), de l’ambient glacial (« Mouth Shut ») à leur univers synthétisé ensuite par la conclusion « Twig », mêlant cette nouvelle rage noisy à la majesté d’arpèges post-rock avant de terminer de manière plus tendue et explosive.

Le groupe de Quimper a pris des risques, sortant totalement de l’étiquette post-rock qui lui était accolée jusqu’alors. Ce nouveau visage conserve toutefois la noirceur de leur plumage ainsi que cet aspect aussi torturé qu’hypnotique qu’on leur connaissait. Un excellent album.

  1. Corpse Pose
  2. Old Tired Horse
  3. Old Dying Horse
  4. The Light Has A Voice
  5. Helena Markos
  6. Mouth Shut
  7. Twig

Bandcamp

beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *