Violent Magic Orchestra – Catastrophic Anonymous

Pas de commentaires      1 439
Style: electro/black metal/harsh noiseAnnee de sortie: 2016Label: Throatruiner Records /Virgin Babylon Records

Violent Magic Orchestra (simplifié en VMO), c’est un projet né de la rencontre entre Vampillia, excellent groupe japonais mêlant black metal et ambiances plus éthérées (parfois post-rock), Pete Swanson (ex-Yellow Swans, groupe de noise à tendance electro qui venait du côté de Portland) et du surdoué frenchie Paul Régimbeau, connu pour ses activités électroniques dans Mondkopf ou Extreme Precautions. Un melting-pot d’influences complété par des invités haut-de-gamme puisque Attila Csihar (Mayhem) et Chip King (The Body) viennent apposer leurs voix sur ce Catastrophic Anonymous, premier album forcément très original… et pas vraiment destiné à toutes les oreilles !

« The Beginning Of Fortune » nous plonge pourtant dans une atmosphère noisy mais plutôt sereine, ce malgré les vocalises caractéristiques de King. Une entame plutôt mélodique qui va ensuite exploser en vol avec les titres suivants, la rythmique menée par une boite à rythme ultra rapide et dégoulinante de saturation nous plonge dans une tornade infernale. La rencontre entre harsh noise et black metal est douloureuse au premier abord mais elle contient énormément de subtilités, cachées derrière cet effroyable mur dissonant. Mais l’effort à fournir pour les distinguer est assez éreintant tant l’atmosphère est violente, flirtant avec l’indus, le drone, l’expérimental, avec un côté jusqu’au-boutiste très difficile à encaisser.

Heureusement VMO varie son propos, proposant quelques respirations bienvenues comme l’enchaînement « At The Bank »/ »Brick Wall », mettant les mélodies un peu plus en avant avec même du piano (d’inspiration Vampillia) pour le premier, et une aura carrément black metal pour le second (avec tremolos de guitare du meilleur effet). Des variations très intéressantes pour un album imprévisible qui vogue au gré des envies, souvent extrémistes, de ses géniteurs (avec l’aide d’un certain James Plotkin (Khanate) au mastering). Plusieurs écoutes seront forcément nécessaires avant de comprendre ce qui se passe ici, confirmation en live où le groupe, fort d’une scénographie très originale, met un bordel monstre mais jouissif. Une expérience unique pour amateurs de folie et de sensations (très) fortes.

  1. The Beginning Of Fortune
  2. Acts Of Charity
  3. In Favor Of Cruelty
  4. Divorcer
  5. Halved
  6. One Day Less
  7. At The Bank
  8. Brick Wall
  9. Pursuit Of Dignity
  10. Out Of Orbit

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *