Blame Kandinsky – Spotting Elegance In Chaos

Pas de commentaires      1 770
Style: mathcoreAnnee de sortie: 2017Label: autoproduction

La scène mathcore grecque semble être en pleine ébullition. En effet, de nombreux groupes comme Tardive Dyskinesia, Minerva Superduty et le groupe qui nous intéresse aujourd’hui, Blame Kandinsky, parviennent enfin à faire un peu parler d’eux hors de leurs frontières, forts d’une chouette inspiration et d’un son souvent massif au sein d’un style plus vraiment tendance ces dernières années… En effet, alors qu’au début des années 2000, de nombreux groupes suivaient le sillon de The Dillinger Escape Plan, on se retrouve en 2017 avec assez peu de représentants de la cause math. Blame Kandinsky débarque donc cette année et donne un bienvenu coup de frais au style.

Spotting Elegance In Chaos porte assez bien son nom. Du chaos, il y en a. Beaucoup. Le groupe grec connait ses classiques et ses instruments, les plans se succèdent souvent avec fracas dans un maelström de riffs complexes, de plans de batterie assez alambiqués et d’aboiements enragés. Mais Blame Kandinsky parvient à affirmer son identité au milieu de ces attaques véhémentes en ajoutant pas mal de mélodies, notamment en collant des passages assez inattendus parfois plus calmes (les doux ponts de « Motivation » ou de « Hope ») et de nombreux moments groovy (toujours « Hope », à l’entame rappelant pas mal ce que faisaient les regrettés The_Network, ou bien « Glasgow Smile » nous offrant de gros riffs brise-nuque en guise de conclusion) complétant sans souci la constante frénésie des hellènes, qui ne se calmera vraiment que pendant l’étrange et inquiétant interlude « Goya’s Polaroid ». Chacun des autres titres de cet album est une tornade prise de plein fouet, difficile à encaisser – tant le groupe multiplie les pistes – mais sacrément jouissive (l’énorme enchainement « Brenda »/ »Years Of The Vulture » multipliant les moments épiques, rock’n roll pour le premier, plus noisy pour le second avec un petit côté nous ramenant du côté de Bad Mask).

Pas de mensonge au final, ici le chaos est bien élégant: des idées sonores à foison, une technique irréprochable et tout de même impressionnante, une densité qui peut décourager au premier abord mais aucune sensation de gavage au final, Spotting Elegance In Chaos est de ces albums imprévisibles qui multiplient les directions et les sensations, celles-ci se voyant modifiées à chaque nouvelle écoute. Blame Kandinsky est aujourd’hui avec Meek Is Murder, l’un des tout meilleurs enfants de DEP et de Botch. En espérant qu’ils parviendront à atteindre l’aura de ces illustres groupes dans un futur proche…

  1. Cowboys Are Devout
  2. Motivation
  3. Hope
  4. Beleave
  5. Where The Sun Is Silent
  6. Goya’s Polaroid
  7. Consuming Angels Breeding Demons
  8. Brenda
  9. Years Of The Vulture
  10. Glasgow Smile

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *