Coldborn – Lingering Voidwards

Pas de commentaires      1 201
Style: black metal atmosphériqueAnnee de sortie: 2016Label: Final Sacrifice Records

Projet black metal fondé en 2007 en Belgique par un certain Norgaath, Coldborn aura pourtant attendu presque une décennie pour sortir un premier album. Il faut dire que le gaillard a été entre-temps très actif dans divers groupes comme Nightbringer, Grimfaug, Onirik ou encore en live/session chez Corpus Christii et Urzamoth (et bien d’autres). Bref, l’amateur de black metal averti aura certainement reconnu des noms parmi ses autres projets. Dans Coldborn (où il a été rejoint par un certain Menthor à la batterie), pas de surprise, Norgaath en joue aussi mais y ajoute une bonne dose d’atmosphères épico-glaciales…

Les cinq compos de Lingering Voidwards sont longues, dépassant toutes les huit minutes (et atteignant même presque 13 minutes pour le titre d’ouverture !), de quoi permettre à Coldborn de déployer ses ambiances et de les varier afin d’éviter tout ennui. Pari réussi pour Norgaath qui parvient à allier le doux ronron de la saturation à l’ancienne (le côté enregistrement dans la cave pour le crédit true) à des claviers envoûtants sans être trop en avant. Tout ça nous ramène en arrière et nous donne un bon coup de vieux, rappelez-vous les premiers Emperor, le côté cru de l’enregistrement (mais pas trop crade non plus) et la majesté des mélodies, on est dans le même état d’esprit avec Coldborn.

Mais cantonner Coldborn à une simple copie d’Emperor ne serait pas juste, le duo flamand ayant bien plus dans sa besace. Ainsi par exemple le morceau-titre, ténébreux mid-tempo, hypnotise avec ses effets vocaux singuliers ainsi que par son ambiance plus lourde et contemplative. Puis il y a cette utilisation des arpèges mélodiques, assez récurrents sur ces cinq titres, ceux-ci permettent à Coldborn de donner une puissante dimension épique qui lui permet de tirer son épingle du jeu. Bref, le groupe sonne classique mais apporte son « petit plus » par ces touches mélodiques se mariant parfaitement avec la sombre ambiance générale de l’album (à la jolie cover, idéalement dans les tons adéquats).

Tel un hommage au black metal des années 90, soit à l’âge d’or du black metal norvégien, Coldborn signe un premier album qui ravira les nostalgiques de cette époque. Avec ses atmosphères lugubres mais entêtantes, Lingering Voidwards s’inscrit comme le compagnon idéal de vos balades forestières hivernales (nocturnes bien entendu), attention à ne pas finir congelé !

  1. The Call Of Death’s Clarion
  2. In The Absence Of Light, Death Gazes
  3. In Solitude
  4. Lingering Voidwards
  5. Withered

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *