GDLH – « Gyrophares de la haine »

Pas de commentaires      1 546
Style: sludge/doom/punkAnnee de sortie: 2016Label: Emergence Records

« Alerte ! Les Gyrophares de la haine arrivent ! Protégez-vous de leurs lueurs infernales ! Barricadez-vous chez vous et n’ouvrez à personne car ils ne viennent pas avec de bonnes intentions ! » Débarquant de Rouen avec ce patronyme pour le moins original et pouvant prêter à rire, on ne rit plus du tout lorsque l’on lance la première démo éponyme du groupe, semant la désolation – et donc la haine – partout où elle passe…

GDLH officie aux confluents du sludge et du hardcore, glissant aussi quelques touches de black metal, le tout pris dans une atmosphère malfaisante. « The Call » nous met immédiatement dans l’ambiance: les riffs postcore pèsent un bon quintal puis s’amène la puissante voix de son chanteur, rugissant douloureusement. Les enchaînements de plans se font naturellement, les rythmiques sont évolutives mais demeurent écrasantes avec quelques répétitions rappelant un peu Thou ou Noothgrush. Le bien nommé « Hurt » poursuit dans la même idée bien que la vitesse se voit d’emblée beaucoup plus rapide, plus punk, voire black metal sur certains passages. Le côté torturé dégagé prend même une autre ampleur quand le rythme ralentit, devenant bien malsain avec ses superpositions de râles/hurlements inhumains, répétitifs jusqu’à un inconfort total.

GDLH joue donc la carte de l’ambivalence, laissant souvent le gras de ses riffs dureeeeer dans une aura sludge/doom pour mieux surprendre ensuite par ses accélérations punk, ou bien l’inverse (« Pitch Black », à la première partie façon Motörhead avant de décélérer dans un groove surpuissant). La suite de cette démo est tout aussi chatoyante, donnant l’impression de se faire engueuler par un papa très en colère contre son fiston (cf. la photo du Bandcamp, plutôt parlante… pardon hurlante), qui en plus t’apprend la vie pendant le tonitruant « Loser ». « Empowered » conclut cette démo de manière très inattendue, passant d’un sludge/doom aux accents Wizardiens, gras mais groovy, avant complètement péter un câble sur la fin !

GDLH signe donc une première démo aussi effrayante que saisissante. Son ambiance délétère traînant des corps mutilés dans la boue quand elle ne mitraille plus, les gyrophares nous ont malheureusement bien trouvés et s’éloignent maintenant, nous laissant hagard, contemplant le carnage laissé derrière eux. Méfiez-vous bien d’eux lorsque vous les apercevrez à nouveau !

  1. The Call
  2. Hurt
  3. Pitch Black
  4. Abhor
  5. Loser
  6. Empowered

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *