Alfahanne – Blod Eld Alfa

Pas de commentaires      710
Style: Black Punk N'rollAnnee de sortie: 2015Label: Dark Essence Records

Petite découverte de cette année, le groupe Alfahanne qui sort en 2017 son 3ème album, Det Nya Svarta chez Indie Recordings. Mais avant de se pencher dans quelques jours sur ce nouvel album, petit retour sur leur deuxième album découvert dans la foulée. Sorti en 2015, Blod Eld Alfa fait suite à Alfapokalyps et à un split avec Shining.

Alfahanne est un groupe suédois fondé en 2010, émanation de la scène black suédoise, puisque les membres du groupe sont issus de formations telles que Vinterland ou Maze of Torment. Pour autant la musique des suédois, si elle conserve comme on le verra, une vraie connexion avec le black metal à plus d’un titre, ne peut simplement se définir comme du « simple » metal noir. Le groupe la définit d’ailleurs lui-même comme de l’apocalyptic rock. Kezako ? Pour faire simple on parlera d’un mélange habile de punk, black et rock tout en lorgnant vers le goth, ce qui se retrouve d’ailleurs jusque dans l’accoutrement des 4 zozos.

Du premier, on retiendra cette voix particulière, un peu scandée, une batterie qui donne parfois dans le d-beat crustisant et une attitude générale « fuck the world » revendiquée par Alfahanne. Du black on retrouve certaines sonorités, notamment dans les riffs, mais pas seulement puisque le groupe a la bonne idée de faire marcher son réseau et de proposer à de nombreux invités prestigieux de la scène underground black de venir partager le micro, comme il l’avait déjà fait sur le premier album, Alfapokalyps. C’est ainsi qu’on retrouvait sur ce dernier une participation de Niklas Kvarforth (Shining), de V’gandr (Helheim) et même de Hoest (Taake). Pas mal hein ? Et bien rebelotte sur Blod Eld Alfa, puisque sont de la partie cette fois Erlend Hjelvik de Kvelertak sur « Skallerormsgift », Spellgoth de Horna et Baptism qui fait des merveilles de sa voix bien haineuse sur le superbe « Hora (Tills Du Dör) / Huora Kuolemaansa ». On retrouve aussi Nattfursth des moins connus Sorhin, qui fait aussi un excellent job de sa voix de gobelin sur l’introductif « Alfa Kropp Alfa Blod », et à nouveau Kvarforth (Shining donc) qui vient lui aussi apporter un cachet terrible (immédiatement reconnaissable d’ailleurs) au dernier titre de l’album « Slutdestination Eskilstuna ».

Ces invités de choix apportent vraiment la patte « black » et une variété vocale bienvenue qui contrebalance et vient surtout parfaitement compléter la voix scandée de Pehr Skioldhammer. Par ailleurs, et pour bien garantir le dépaysement que proposent les suédois, ces derniers n’écrivent que dans leur langue natale, les 9 titres de cet album (comme ceux du premier et dernier album d’ailleurs) sont donc intégralement chantés en suédois. C’est un peu désarçonnant au départ car il faut reconnaître que nous n’y sommes pas très habitués d’autant que les paroles scandées et chantées sont parfaitement intelligibles. Mais on s’y fait vite, et au final ce parti pris fait complètement partie à mon sens de l’originalité et de la force du groupe.

Le tout est mis en forme dans un écrin définitivement rock, ce qui se retrouve dans les structures simples et efficaces des titres, pour un album qui donne tout ce qu’il a en 37 minutes sans jamais proposer de passages superflus ou pénibles, soutenu par une production assez sèche, à 1000 lieux des surproductions habituelles, ce qui apporte là aussi un vrai plus et renforce la connexion avec le black underground.

Comme on le verra sous peu, le groupe a malheureusement un peu mis en retrait ces influences black et cette variété vocale sur son nouvel album Det Nya Svarta. C’est pourquoi Blod Eld Alfa, également plus abouti que le premier album du groupe garde ma préférence. Il ne vous reste plus qu’à découvrir ce groupe atypique et plein de qualités!

Tracklist :
1. Alfa Kropp Alfa Blod (Feat. Nattfurst)
2. Besatt
3. Skallerormsgift (Feat. Erlend Hjelvind)
4. Vand Inte Ryggen Till
5. Blodad Tand
6. Hora (Tills Du Dor/ Huora Kuolemaansa) (Feat. Spellgoth)
7. Arkeologen
8. Beserk
9. Slutdestination Eskilstuna (Feat. Niklas Kvarforth)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 801 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *