Epping Forest – lebaBvoid

Pas de commentaires      768
Style: open blackened death metalAnnee de sortie: 2017Label: Unexploded Records

Epping Forest est un groupe portugais actif depuis 1998 mais à l’activité discographique assez discrète, preuve en est la sortie de ce lebaBvoid, neuf ans après Everblasting Struggle, leur premier long-format. Comptant en ses rangs d’anciens Corpus Christii dont le batteur Menthor, actuellement actif chez Lvcifyre ou Nightbringer, le groupe de Figueiras pratique un black metal typé orthodoxe mais ponctué de nombreux autres éléments pour un nouvel album finalement très, mais alors très très ouvert.

lebaBvoid (qui donne très envie de remplacer la première lettre par un « k », désolé) est un concept-album avec une thématique intéressante, il parle en effet de mythologie sumérienne, d’apocalypse aussi, on ne capte pas bien tout mais ça a l’air d’être recherché. Si fil conducteur il y a, il est lui aussi assez difficile à cerner tant de multiples pistes sont ouvertes. « Inception: Everblasting Doom » lance les hostilités de manière assez radicale avec un black metal véhément contrebalancé par quelques chœurs « clean » un peu « gothisants », bref c’est puissant et mélodique à la fois et ça fonctionne ! Ce genre d’ambiance va se poursuivre avec « Though-O-Matic: The Pyramid And The Exodus », mixant un black assez épique, une aura hantée et de nouveau un peu de chant clair assez expressif (et toujours un peu gotho). Et l’on en est alors qu’au début du mélange d’influences et des trouvailles toutes plus surprenantes les unes que les autres.

Du piano désaccordé en intro, du saxo taré en final et même un peu chant clair féminin (Liv Kristine, c’est toi ?) au milieu d’un black metal enivrant pour « Affair: The Curse And The Heal » (l’un des meilleurs titres de cet album au caractère plutôt barré), une ambiance guerrière orientalisante en intro suivi d’un black mélodique aux faux-airs de Cradle Of Filth pendant « Kria: Resistance Is Futile », puis « Foretoken: A Mountain-Gorges Lullaby » qui nous offre même du synthé entêtant et une ligne mélodique en chant clair rappelant le refrain de « Mouth » de Fear Before The March Of Flames (version extrême) mais un titre néanmoins épique avec son réjouissant final façon pagan(!). Bref, c’est un énorme melting-pot d’influences et de sonorités qui se battent sur cet album, celui-ci contient même un peu de WTF comme pendant « Demise: Twelve Times Twelve Sars » dont le piano nous sort une reprise de la « Comptine d’un autre été » de la bande originale d’Amélie Poulain (oui ça fait bizarre d’entendre ça au milieu des blasts !).

Pourtant malgré cette impression d’album sans queue ni tête, lebaBvoid parvient à retomber sur ses pattes, maîtrisant ce parti pris mélodico-mystique avec puissance. Epping Forest livre un album fourre-tout qui évite d’être linéaire mais pas d’être un peu bordélique, mais son côté épique a de quoi satisfaire les amateurs de metal extrême qui savent s’ouvrir…

  1. Inception: Everblasting Doom
  2. Though-O-Matic: The Pyramid And The Exodus
  3. Affair: The Curse And The Heal
  4. Kria: Resistance Is Useless
  5. lebaBvoid: The Universe In A Machine
  6. Foretoken: A Mountain-Gorges Lullaby
  7. Summoning: Three Hundred Out Of The Sky
  8. Demise: Twelve Times Twelve Sars
  9. Hereafter: We Are Alone In The End
  10. Cruel With Us

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *