Fange – Pourrissoir

Pas de commentaires      1 420
Style: harsh sludge/hardcore/noiseAnnee de sortie: 2017Label: Throatruiner Records/Lost Pilgrims RecordsProducteur: KKP & Valentin Jung

Quelques mois seulement après Purge, le groupe sludge français parmi le plus vicieux qui soit vient remettre le couvert avec ce Pourrissoir. Visuellement parlant, Fange semble vouloir poursuivre dans son exploration anatomique: Purge nous offrait ainsi de « charmantes » viscères, Pourrissoir un « joli » anus. Et quoi de mieux qu’un anus pour signifier que cet album… pue ?!

« Parmi Les Ruines » nous remet en effet directement dans cette infection qu’on leur connaissait. Matthias Jungbluth (Calvaiire) officie toujours derrière le micro, toujours aussi impressionnant tel un animal enragé en constante crise de démence (de borborygmes en cris plus aigus, toujours possédés), accompagné par ses trois comparses habituels (Benjamin Moreau à la guitare, Boris Louvet à la batterie et Jean-Baptiste Lévêque aux sons noise) délivrant leurs parpaings dégueulasses installant ce climat délétère. Entre sludge malfaisant, furie crust décharnée et passages harsh noise indus hallucinés façon Prurient (« Ultrafrance » et « Vore », constitués uniquement d’effets sonores et de cris assez perturbants),

Fange a tendance à un peu plus retenir son déversement de crasse haineuse (ou l’inverse) au profit d’une gestion plus travaillée de l’atmosphère malsaine. Même si les coups de boutoir sont légion (entre « Parmi Les Ruines » et « Ressac » notamment), le groupe ne t’enfonce plus la tête dans la fosse à purin par à-coups brutaux mais te la maintient de manière plus insidieuse à l’image de « Les Gémonies », qui malgré son côté plus construit, conserve cet aspect angoissant, celui d’une masse de crasse déferlant sur tout ce qui passe à sa portée.

Fange fait du sludge mais y appose sa signature en démultipliant tout ce qu’il est possible d’ajouter à ce style. Plus sombre, plus froid, plus sale, plus dérangeant, plus tout, ce Pourrissoir au nom prédestiné permet au groupe rennais de franchir un palier dans la douleur et la folie. Une exploration des bas-instincts de l’homme (qui n’a plus grand chose d’humain) couplée à celle des sonorités les plus oppressantes pour au final un album qui « fiste »: anti-conformiste, jusqu’au-boutiste, pessimiste (car tout est pourri). Extrême souffrance et auto-destruction sont au menu, vous n’êtes pas prêts.

  1. Parmi Les Ruines
  2. Agapes
  3. Ultrafrance
  4. Les Gémonies
  5. Vore
  6. Ressac

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *