Direwolves – The Great Year

Pas de commentaires      915
Style: hardcore mélodique/crust/emoAnnee de sortie: 2017Label: Throatruiner RecordsProducteur: Guillaume Doussaud

Une grande année, voilà ce que nous promet Direwolves avec ce nouvel EP. Faisant partie de la frange « hardcor(d)e sensible » de Throatruiner avec Birds In Row, le groupe lorientais aura attendu trois ans afin de donner une suite à Aegri Somnia, très bon premier album entre hardcore, crust et emo/screamo. Un mélange des genres personnel qui est ici repris avec le même impact, de quoi affirmer tout leur potentiel qu’on avait pu observer jusqu’alors.

Si la recette n’a pas vraiment changé, la mise en pratique est toujours aussi saisissante. Les bretons maîtrisent toujours les émotions à fleur de peau, celles-ci étant distillées sans surjouer, ni effet de style trop pompeux. On retrouve sur The Great Year (une fois de plus superbement illustré par Fortifem) le même genre d’intensité qu’on avait pu percevoir sur Me From Myself, To Banish, le premier EP du groupe sorti en 2012, qui faisait (et fait toujours) se côtoyer ce mix de screamo et de crust rageur avec des accès plus lourds (les rythmiques quasi sludge d’ « Ascent » et de « Unhousel’d, Unanel’d »,  rompant un peu avec l’urgence des titres précédents).

Direwolves a su conserver son côté épique de bout en bout, adjoignant à chaque titre son petit truc le rendant ultime: « Oaths & Duality » et son intro blastée puis sa renversante seconde partie, « From Tomb To Womb » et ses variations de vitesse à la guitare entêtante ou encore la fabuleuse conclusion « Paths To Metnal », incroyable d’intensité avec son mémorable « refrain » à la guitare donnant envie de tout donner dans un pit en ébullition, les larmes aux yeux, avant de ralentir le rythme – mais pas les nerfs – le temps d’un final tout aussi classe.

C’est presque un rituel de dire qu’un EP est trop court quand on l’apprécie et avec The Great Year, on ne peut que s’y plier. Direwolves déploie encore une fois toute son amertume et sa sincérité dans sa musique, juxtaposant spleen et énergie avec talent. Bref, ce n’est pas aujourd’hui qu’on trouvera un point faible dans la discographie des bretons. Une très grande année et encore de nombreuses autres à ce niveau pour Direwolves, espérons-le.

  1. Unpoisoned
  2. Oaths & Duality
  3. From Tomb To Womb
  4. Ascent
  5. Unhousel’d, Unanel’d
  6. Paths To Metnal

Bandcamp

beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *