The Tidal Sleep – Be Water

1 Commentaire      1 279
Style: screamo/emoAnnee de sortie: 2017Label: This Charming Man Records/Holy Roar Records

The Tidal Sleep est un groupe touchant, dans sa musique d’abord (toujours fortement émotionnelle), puis dans son discours, que ce soit en live ou sur leur page Bandcamp. Ces jeunes trentenaires, bossant tous à côté, papas pour la plupart, ne s’attendaient pas à recevoir un si bon accueil lors de leurs précédentes sorties, ni de rameuter autant de monde pour les voir en concert, du coup ils sont juste contents de jouer. Une modestie plaisante à voir, d’autant plus que leur « petit succès » est mérité.

Si le très bon Vorstellungskraft avait permis aux allemands de sortir de l’anonymat il y a de ça trois ans, le quintet a depuis pas mal bourlingué en Europe, a sorti deux splits – l’un avec Orbit The Earth, l’autre avec Svalbard (les anglais ayant naturellement invité le chanteur de The Tidal Sleep en remplacement de leur guitariste-chanteuse suite à sa défection de dernière minute lors d’une récente tournée) – avant de revenir cette année avec un troisième long-format.

Be Water ressemble à l’état d’esprit de ses géniteurs: modeste, poignant, sincère sont les adjectifs allant parfaitement de pair avec ces onze nouvelles compos (aux titres ayant la particularité de n’être constitués que d’un unique mot au pluriel). L’introductif « Bandages » démarre très fort, l’alliance puissance/émotion étant marquée par un impressionnant tremolo (dans un esprit très Viva Belgrado, groupe ayant aussi tissé des liens avec The Tidal Sleep puisque l’on retrouve le chanteur du groupe espagnol invité sur le tout aussi réussi « Sogas »). Oscillant toujours entre screamo et emo, parfois vocalement assez proche du timbre rageur de Jeremy Bolm (Touché Amoré), sur « Spills » notamment, la musique des allemands mêle toujours urgence et désespoir nostalgique.

Fortement immersif, ce nouvel album met à nouveau de nombreuses influences ensemble (on y retrouve pêle-mêle du post-rock, un peu d’emo à l’ancienne à chant clair, du hardcore mélodique, du screamo, de l’indie et même un peu de spoken words et de voix féminines pour le somptueux final « Footsteps »), le tout étant parfaitement équilibré pour un résultat final encore une fois sensible et très convaincant.

  1. Bandages
  2. Spills
  3. Words
  4. Sogas
  5. Hearses
  6. Untertows
  7. Poisons
  8. Collapses
  9. Changes
  10. Wreckages
  11. Footsteps

Bandcamp

beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Hororo says:

    Pour moi c’est un peu le retour de l’emocore ce groupe, vraiment cool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *