Comity – A Long Eternal Fall

Pas de commentaires      936
Style: extreme rock'n rollAnnee de sortie: 2017Label: Throatruiner RecordsProducteur: Frederic Rochette

C’est toujours avec une appréhension très spéciale que l’on accueille un nouvel album de Comity, un étrange mélange d’excitation et d’inquiétude, car avec Comity, on ne sait pas du tout à quoi s’attendre, ce depuis leurs débuts ! Les quatre parisiens n’ont plus rien à prouver, étant actifs depuis plus de vingt ans maintenant et étant des experts en matière d’extrémisme sonore, on sait déjà avant écoute que A Long Eternal Fall ne sera pas une partie de plaisir…

Comity surprend d’emblée avec le premier titre I et son riff principal aux accents bluesy. Plutôt efficace, celui-ci se voit soudain rejoint par un impressionnant chaos sonore fait de stridences, de dissonances puis d’une montée en puissance finale qui se coupe soudain pour revenir de manière inattendue au riff initial. II prend la suite avec le même fracas, les riffs complexes s’enchaînent sans temps morts, multipliant les ruptures, les changements de tempo dans un tourbillon cacophonique infernal. La première écoute est douloureuse mais les suivantes deviennent plus compréhensibles, l’impression de foutoir laissant place à des pièces de puzzle s’imbriquant les unes dans les autres.

Sur III, Comity déploie une énergie punk toute aussi surprenante, on demeure dans la complexité et l’extrême richesse riffiques mais le tout dans un esprit crust ravageur. La suite de l’album poursuit dans l’exploration musicale du chaos, brisant les structures que Comity venait de construire, nous égarant dans de sombres sentiers perdus puis nous en en proposant beaucoup trop (du coup on en sort encore plus perdu !). Puis au fil des écoutes, le flot rageur se gère plus aisément, notamment grâce aux quelques accalmies permettant de retrouver ses esprits (V, proposant quelques passages plus posés suivis de riffs plus « groovy », voire avec un côté plus « tragique », idem pour l’incroyable VII et ses 11 minutes tortu(r)euses entre black metal, post-hardcore velu et accalmie éthérée instrumentale – et bien d’autres choses !).

A Long Eternal Fall ne déroge donc pas à la règle, Comity multiplie les directions, jonglant entre extrême violence et atmosphères faussement tranquilles. Au final un nouvel album donnant le tournis (ou la nausée) avant de se laisser apprivoiser, permettant alors de voir plus distinctement l’intense fragilité mélodique délivrée sous les couches de hurlements et de riffs complexes. Un album magistral (nécessitant de nombreuses écoutes), aussi puissant qu’imprévisible, prévoyez un alcootest après coup !

  1. I
  2. II
  3. III
  4. IV
  5. V
  6. VI
  7. VII
  8. VIII

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *