Less Art – Strangled Light

Pas de commentaires      969
Style: post-hardcore à l'ancienneAnnee de sortie: 2017Label: Gilead MediaProducteur: Scott Evans

Less Art est la nouvelle sensation post-hardcore autoproclamée pour/par un type de personnes spécifique: les « post-jeunes ». Les cinq mecs composant le line-up du groupe ne sont en effet pas vraiment des néophytes puisqu’ils jouent (ou ont joué) dans des formations hautement respectées telles que Thrice (Riley Breckenridge, officiant aussi derrière les fûts de Puig Destroyer), Puig Destroyer (Ed Breckenridge, le frère de l’autre donc, à la guitare), Kowloon Walled City (Jon Howell et Ian Miller, guitariste et bassiste, on retrouve aussi le chanteur Scott Evans à la production) et Curl Up And Die (Mike Minnick dont le timbre de voix si particulier nous avait bien manqué !), excusez du peu !

« Optimism As Survival » lance cet album avec puissance, les vocaux de Minnick drivant ses comparses avec un charisme fou. De quoi servir au mieux des lyrics tout aussi forts, ici apparemment autobiographiques concernant sa lutte contre ses pensées suicidaires. Derrière lui, ses quatre comparses balancent un post-hardcore à l’ancienne basé sur des riffs assez noisy mais contenant bon nombre de passages « clean ». « Diana The Huntress » poursuit sur la même voie tout en laissant apparaître la férocité des cris de Meghan O’Neill-Pennie (Super Unison, ex-Punch) conférant un côté davantage punk à un titre déjà dévastateur.

Les titres passent, la dynamique et la qualité de composition de Less Art demeurent: « Mood 7 Mind Destroyer: Guilt » et son implacable puissance riffique (le break à mi-morceau est à tomber), le fabuleux « Wandering Ghost » où Minnick démontre l’étendue de son talent entre les couplets quasi rappés et les chorus ultra hargneux (le tout sur des mélodies mid-tempo pour un tube en puissance) ou encore « What Is It In Man? » et ses renversants contrastes couplets en spoken words et ses soudaines déflagrations rageuses.

Strangled Light est au final une véritable bouffée d’air frais dans la scène post-hardcore actuelle, les mecs alliant feeling (un peu de nostalgie des 90’s) et énergie. On pense à Fugazi, un peu à Drug Church aussi, le tout dans un écrin abrasif et un splendide artwork. Leurs groupes originels étaient déjà excellents, ce nouvel « all-star band » l’est tout autant !

  1. Optimism As Survival
  2. Diana The Huntress
  3. Mood 7 Mind Destroyer: Guilt
  4. Wandering Ghost
  5. Pessimism As Denial
  6. Shapeshifter
  7. Crushed Out
  8. What Is It In Man?
  9. Strangled Light

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *